Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Palestine

  • Israël-Palestine : vers l’État unique ? (Orient 21)

    palest.jpg

    © Hélène Aldeguer, 2017.

    Le 10 juin 1967, au terme de la guerre israélo-arabe dite « des Six-Jours », Israël quadruple son territoire 

    Il s’est emparé du Sinaï égyptien et du Golan syrien, mais surtout du reste de la Palestine : la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est. Quelques mois plus tard, l’ONU exige le retrait des territoires occupés, en échange d’une paix négociée.

    Non seulement Israël refuse, mais il annexe la partie arabe de Jérusalem et y implante des colonies juives en même temps que dans les autres territoires occupés. En cinquante ans, le nombre de colons atteint 220 000 à Jérusalem-Est et 430 000 en Cisjordanie – il n’y en a plus à Gaza depuis 2005. Cette colonisation viole le droit international, car les Conventions de Genève comme l’ONU l’interdisent formellement.

    L’État palestinien s’efface sur le terrain

    Que faire de ces territoires ? Du côté palestinien, à partir de 1974, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) se prononce pour la construction d’une « Autorité nationale et combattante sur toute partie du territoire palestinien qui sera libérée ». Cette évolution la conduira, le 15 novembre 1988, à proclamer l’État de Palestine tout en reconnaissant Israël et en renonçant au terrorisme. Ce qu’elle confirmera lors de la signature des accords d’Oslo, en septembre 1993.

    Du côté israélien, pas question de reconnaître un État palestinien.

    Même lors de l’échange de lettres avec Yasser Arafat, Itzhak Rabin reconnaît, non pas cet État, mais l’OLP comme « le représentant du peuple palestinien ». Et les négociations consécutives aux accords d’Oslo ne s’inscriront jamais explicitement dans la perspective de la création d’un État palestinien.

    Au fil des décennies, en revanche, la communauté internationale fait sienne de plus en plus largement la solution dite « des deux États ». Le 29 novembre 2012, 136 États – contre 9 et 41 abstentions – admettent l’État de Palestine comme membre observateur de l’ONU. Auparavant, il a été accueilli de plein droit : au sein de l’Unesco en 2011, et en 2015 à la Cour pénale internationale (CPI).

    De la colonisation à l’annexion

    Hélas, au fur et à mesure que l’État de Palestine s’impose dans l’arène internationale, il s’efface sur le terrain. En ce début 2017, l’extrême droite israélienne engage en effet un tournant dans l’histoire du conflit israélo-palestinien : le passage de la colonisation à l’annexion. À l’initiative de Naftali Bennet, le leader du parti ultranationaliste Foyer juif, le Parlement vote, le 6 février 2017, celle de 4 000 logements dans des « avant-postes », ces colonies que même le droit israélien jugeait jusqu’ici illégal.

    Enivré par l’élection de Donald Trump et enhardi par les scandales qui « plombent » le premier ministre Benyamin Nétanyahou, Naftali Bennet ne dissimule plus ses ambitions. Après le démantèlement de l’« avant-poste » d’Amona, il avait déclaré :

    Nous mettrons en place un nouveau régime juridique en Judée et en Samarie (appellation israélienne de la Cisjordanie) qui régulera la totalité des implantations, et de la perte douloureuse de ce bastion dans la montagne émergera l’application de la souveraineté d’Israël sur toute la Cisjordanie (Times of Israel, 1er février 2017).

    L’apartheid version israélienne

    Mais quel sera le statut des Palestiniens ainsi annexés avec leur terre ? Pour le président de l’État d’Israël, Reuven Rivlin, la réponse est claire :

    Appliquer la souveraineté à une zone donne la citoyenneté à ceux qui y vivent. Il n’y a pas de loi [différente] pour les Israéliens et pour les non Israéliens. (Times of Israel, 14 février 2017)

    Mais le président est isolé : la plupart des dirigeants israéliens excluent d’accorder aux Arabes de Cisjordanie le droit de vote dont jouissent les juifs (et, en Israël même, les Palestiniens). Autrement dit, ils envisagent une version israélienne de l’apartheid sud-africain.

    C’est dire que l’État unique qui se profile n’a rien de commun avec la Palestine laïque et démocratique que prônait l’OLP à ses débuts ni avec la Fédération judéo-arabe rêvé par les binationalistes juifs en Palestine dans les années 1930. La communauté internationale ne saurait l’accepter.

     
  • Israël : 300 prisonniers palestiniens ont moins de 18 ans (France Info)

    Un palestinien 13 ans au tribunal Jérusalem
    Un Palestinien de 13 ans accusé d'avoir poignardé de deux Israéliens, est escorté par la sécurité israélienne lors d'une audience devant un tribunal de Jérusalem le 30 octobre 2015.  © Ahmad Gharabli / AFP
     

    Plusieurs centaines de prisonniers palestiniens ont entamé, lundi 17 avril 2017, une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention. 6.500 palestiniens sont actuellement dans les geôles israéliennes. Parmi eux, 300 mineurs.


    «Quand les soldats sont venus la première fois, il avait 13 ans. Je l’ai bien habillé car il faisait froid. J’avais peur parce qu’il était encore trop jeune. Ayed s’est accroché à nous, nous a suppliés de ne pas laisser les soldats le prendre et de leur dire qu’il n’était qu’un enfant» témoigne la mère d’un adolescent palestinien dans un rapport publié en avril 2016 par une plateforme d’ONG françaises pour la Palestine sur la répression qui touche les mineurs.
    Depuis la deuxième intifada en 2000, plus de 8500 enfants ont été interpellés par les forces de sécurité.
     
    Des mineurs, lanceurs de pierres
    Chaque nouveau cycle de tension entre Israéliens et Palestiniens entraîne une recrudescence d’arrestations. Les mineurs palestiniens ne sont pas épargnés puisqu’ils participent à la confrontation. La plupart des jeunes sont accusés d’avoir jeté des pierres et sont condamnés à des peines d’emprisonnement allant de quelques jours à plusieurs années. Les autorités israéliennes ont durci récemment leur loi concernant les lanceurs de pierres.
     
    Et des attaques aux couteaux
    Outre les jets de pierres ou de cocktails Molotov, certains jeunes Palestiniens sont poursuivis pour des attaques aux couteaux. Un adolescent de 14 ans a été condamné à 12 ans de prison ferme pour avoir blessé deux jeunes juifs d’une colonie à Jérusalem-Est en octobre 2015. Un verdict jugé lourd par les organisations de défense des droits de l’Homme. Les députés israéliens avaient approuvé l’emprisonnement des enfants dès l’âge de 12 ans s’ils sont condamnés pour des «crimes terroristes», comme le souligne Times of Israel.   
     

    Capture écran site Addameer
    Site Addameer (la conscience), l'association palestinienne de soutien aux prisonniers et aux droits de l'homme  © Capture d'écran

    Des centaines d’arrestations par an
    Chaque année, Israël arrête, emprisonne et poursuit devant les tribunaux militaires quelque 500 à 700 enfants palestiniens soupçonnés d’infractions pénales dans les territoires occupés, selon un rapport de Human Rights Watch. L’organisation de défense des droits de l’Homme dénonce le recours excessif à la détention de mineurs palestiniens.
    Israël est le seul pays au monde à poursuive automatiquement des enfants devant la justice militaire. 

    Violation des droits de l’enfant.
    Plusieurs organisations internationales dénoncent depuis plusieurs années les conditions d’arrestation et de détention des enfants palestiniens. Dans un rapport publié en 2013 l’Unicef accuse Israël de mauvais traitements «systématiques» lors des arrestations et dans les prisons. «L’interrogatoire est un mélange d’intimidation de menaces et de violences, avec le but évident de forcer l’enfant à se confesser» explique le rapport de l’ONU.

    Dans la foulée du rapport de l'Unicef, Israël a promis d'améliorer le traitement des mineurs palestiniens. Les perquisitions nocturnes, l'intimidation, la détention administrative sont toujours en vigueur. La plupart des mineurs victimes d'abus lors de leur arrestation n'osent pas porter plainte de peur de représailles. 
     
    Eléonore Abou Ez|  21/04/2017
     
  • Printemps de la Palestine (Afps)

    car1.jpg

    car2.jpg

    À Carhaix, le 13 mai : « L’apartheid israélien, et dans Gaza en cage, la résistance de la population » avec Pierre Stambul et Sarah Katz

     

    Dans le cadre du 3ème Printemps pour la Palestine de Centre-Bretagne

    Samedi 13 mai - 18 h 30
    Salle de la CCI, rue Jean Monnet - Carhaix
    Pierre Stambul et Sarah Katz,
    membres de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix),
    de retour de Gaza.
    « L’apartheid israélien, et dans Gaza
    en cage, la résistance de la population »

    Rendez-vous

    • À Carhaix (29), « L’apartheid israélien, et dans Gaza en cage, la résistance de (...) 
      Le samedi 13 mai 2017 à 18h30
      Salle de la CCI,

      rue Jean Monnet - Carhaix

    http://www.ujfp.org/

     

  • Erquery Palestine (UJFP)

    Erquery (60) 28 avril 2017, réunion-débat Palestine

    Organisée par la Communauté Emmaüs du Clermontois, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) et l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP).

    Thèmes abordés :
    - Les enjeux d’une guerre de 100 ans,
    - France/Palestine : lutter pour la justice, l’égalité, la dignité.

    Avec :
    . Michel le Drogo (AFPS)
    . Dominique Natanson (coprésident UJFP).

    Rendez-vous:

    • À Erquery (60), réunion-débat sur le thème de la Palestine. 
      Le vendredi 28 avril 2017 à 19h30

      Rue Pasteur
      60600 Erquery

    http://www.ujfp.org/

  • Nouveautés sur Association France Palestine Solidarité

    Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens : La France doit entendre leur appel

    Communiqué de l’AFPS, lundi 24 avril 2017
    Le 17 avril Marwan Barghouthi lançait un mouvement de grève de la faim auquel participent aujourd’hui environ 1500 prisonniers politiques palestiniens. Son appel paru dans le New York Times a aussitôt connu une résonance mondiale et mis les autorités israéliennes en position d’accusées devant l’évidence des violations du droit qu’elles ont (...)
     

  • Rennes Conférence (AFPS)

    rennes

    Conférence « La vie à Gaza »
    .
    Mardi 25 Avril 18h30, Amphithéâtre Erasme,
     
    Sciences-Po Rennes
    .
    Conférence d’ Ibrahim Awad, Palestinien Gazaoui et professeur de français. Aujourd’hui résidant en France, il viendra nous expliquer la situation de la bande de Gaza et témoigner des conditions de vie imposées là-bas.La bande de Gaza représente une bande de terre de 41 km de long, longeant la mer Méditer- ranée et limitrophe de l’Egypte et d’Israël. Depuis la fin du mandat britannique, ce territoire a beaucoup souffert des conflits entre ses voisins.
    .
    C’est en 1993, avec les accords d’Oslo, que la bande de Gaza va être placée sous l’adminis-tration intérimaire de l’autorité palestinienne. Plus tard, en 2005, Israël sera contraint de retirer ses militaires du territoire gazaoui ainsi que des milliers de ses colons. Aujourd’hui, Israël et l’Egypte maintiennent depuis 10 ans un blocus militaire sur la bande de Gaza, et ce, officiellement, en réponse à la montée du Hamas dans cette région.
    .
    Avec ce blocus, ils imposent à 1,9 million d’habitants de vivre dans des conditions de vie misérables. Gaza est aussi tristement connue pour être fréquemment la cible d’attaques massives à l’encontre des Palestinien.ne.s comme en 2009, et 2012 et en 2014.
    .
    Associations Germinal, Salam et France Palestine Solidarité (AFPS)
    .
    .
  • Nouveautés sur "Amnesty International"

    Résultat de recherche d'images pour "amnesty prisons israel"

    Israël doit mettre fin à sa politique « illégale et cruelle » à l’égard des prisonniers palestiniens

    Égypte. La condamnation à 10 ans de prison pour outrage au président est une attaque éhontée contre la liberté d'expression

    Yémen. Le journaliste Yahia al Jubaihi condamné à mort par les forces houthies

  • Nouveautés sur Agence Médias Palestine

     

     

     
    Israël isole les détenus grévistes de la faim

    Israël isole les détenus grévistes de la faim

    Par Imemc 18 avril  2017 L’Autorité pénitentiaire israélienne a isolé tous les détenus palestiniens grévistes de la faim, annulé toutes les visites des familles, et confisqué illégalement tout ce qu’ils possèdent y compris leurs vêtements, sauf ceux qu’ils portent sur eux. Le responsable de la Société des prisonniers palestiniens (PPS), Qaddoura Fares, rapporte qu’Israël a...
     
     
    Les Palestiniens lancent une grève de la faim massive

    Les Palestiniens lancent une grève de la faim massive

    Par Charlotte Silver le 17 Avril 2017 Droits et Responsabilité   Des manifestants prennent part à un rassemblement dans la ville de Gaza en soutien aux prisonniers palestiniens qui ont entamé une grève de la faim dans les prisons israéliennes le 17 avril, Journée des Prisonniers Palestiniens. (Ashra Amra / APA images) Plus de 1.500...
     
     
    Le Festival Ciné-Palestine lance sa 3ème édition !

    Le Festival Ciné-Palestine lance sa 3ème édition !

      Après les succès des deux premières éditions, le Festival Ciné-Palestine vous donne rendez-vous du 2 au 11 juin 2017, pour sa 3ème édition, dans nos cinémas partenaires à Paris, Saint-Denis et Aubervilliers. Une nouvelle fois, le Festival se donne pour ambition d’être à la hauteur du dynamisme et de la qualité du cinéma palestinien,...
     
     
    "Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons israéliennes"

    « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons israéliennes »

    Par Marwan Barghouti, le lundi 17 avril 2017 PRISON HADARIM, Israël – Ayant passé les 15 dernières années dans une prison israélienne, j’ai été à la fois un témoin et une victime du système illégal israélien d’arrestations arbitraires massives et de mauvais traitements des prisonniers palestiniens. Après avoir épuisé toutes les autres options, j’ai décidé...
     
     
    Israël doit mettre fin à sa politique « illégale et cruelle » à l’égard des prisonniers palestiniens

    Israël doit mettre fin à sa politique « illégale et cruelle » à l’égard des prisonniers palestiniens

    Ahmad Al-Bazz / Activestills La politique mise en œuvre par Israël depuis des décennies, qui consiste à incarcérer des Palestiniens de Cisjordanie occupée et de Gaza dans des prisons situées en Israël et à les priver des visites régulières de leur famille, est cruelle et constitue une violation flagrante du droit international, a déclaré Amnesty...
     
     
    Paris - journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens 17 avril 2017

    Paris – journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens 17 avril 2017

    C’est en 1975 que cette date a été retenue par le Front Populaire de Libération de la Palestine, et relayée depuis par de nombreux mouvements internationaux pour l’instauration d’une journée internationale de solidarité avec tous les militants emprisonnés en raison de leur engagement, qu’il soit anticolonialiste, anticapitaliste, anti-impérialiste, etc. Les objectifs de cette journée sont...
     
     
    "Espionner ou mourir"

    « Espionner ou mourir »

    Par Hamza Abu Eltarabesh, The Electronic Intifada 5 avril 2017 Ahmad, le fils d’Amal Shubeir, né avec une déficience cardiaque, s’est vu refuser un permis de circuler pour traitement médical après que sa famille ait refusé de collaborer avec les renseignements israéliens. Il est mort en janvier. (photo autorisée par la famille Shubeir) Quand vous...
     
     
    Semaine des prisonnier.e.s politiques : Programme Palestine

    Semaine des prisonnier.e.s politiques : Programme Palestine

      Programme de la solidarité en France avec les prisonnier.e.s palestinien.ne.s en France pendant la Semaine internationale de solidarité avec les prisonnier.e.s politiques   PARIS Samedi 15 avril 2017  Rassemblement Paris – Journée de solidarité avec les prisonniers Palestiniens de 15:00 -à18:00 Métro : Jourdain Organisé par Jeunes Communistes Paris Nord-Est Sur le parvis de...
     
     
    Des milliers de personnes se rassemblent à Gaza tandis que les protestations se poursuivent contre la réduction des salaires par l’AP

    Des milliers de personnes se rassemblent à Gaza tandis que les protestations se poursuivent contre la réduction des salaires par l’AP

    Les fonctionnaires de l’AP à Gaza ont reçu leurs salaires de mars réduits d’au moins 30 %, ce qui a déclenché des protestations. Des milliers d’employés de l’Autorité Palestinienne (AP) ont manifesté samedi dans la ville de Gaza, tandis que les protestations se poursuivent contre la décision de l’AP d’imposer des réductions drastiques de salaire à...
     
     
    Les femmes d’acier de Gaza

    Les femmes d’acier de Gaza

    Par  Mersiha Gadzo – 8 mars 2017   Kullab part parfois des jours et des jours en mer sans rien pêcher. (Ezz Zanoun/Al Jazeera) Bande de Gaza – Avec 42 % de chômeurs, Gaza a le taux de chômage le plus élevé du monde – et alors que le taux des femmes dans la population...