Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Droits humains

  • Nouveautés sur "Amnesty International"

    oumou_kane_de_lassociation_amam.jpg

    Oumou Kane

    Mauritanie. La condamnation d’une jeune manifestante vise à intimider les défenseurs des droits humains

    Le Qatar ne doit pas expulser vers l'Arabie saoudite les militants des droits humains qui risquent d'y être torturés et persécutés

    Yémen. Le journaliste Yahia al Jubaihi condamné à mort par les forces houthies

  • Place de la Kasbah : 40 étudiants blessés dans des affrontements avec la police (Shemsfm)

    Place de la Kasbah : 40 étudiants blessés dans des affrontements avec la police

     

    Le secrétaire général de l’UGET à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Tunis, Yahia Ayadi, a annoncé, mardi 11 avril 2017, que 40 étudiants ont été blessés dans des affrontements avec les forces de l’ordre à la place de la Kasbah à Tunis.

    Ayadi a ajouté que les étudiants manifestaient contre le décret gouvernemental relatif à l’accès à l’institut supérieur de la magistrature.

    http://www.observatoire-securite.tn

  • Attaque des États-Unis contre une base aérienne syrienne. Si Trump est inquiet pour la vie des civils, il doit s'engager envers les réfugiés syriens (Amnesty)

    homes.jpg

    En réaction aux frappes aériennes lancées par les États-Unis le 6 avril contre une base aérienne de l'armée syrienne à Homs, trois jours après l’attaque à l'arme chimique qui a tué plus de 80 civils dans la province d'Idlib, Margaret Huang, directrice d'Amnesty International États-Unis, a déclaré :

    « Le président Donald Trump a déclaré que cette attaque était motivée par l'inquiétude à l’égard de la vie des civils syriens, alors que son administration fait preuve d'un mépris flagrant envers les Syriens qui tentent de fuir pour échapper à la mort. Il doit immédiatement révoquer le décret interdisant aux citoyens de plusieurs pays musulmans d’entrer sur le territoire américain et mettre fin aux restrictions visant les réfugiés syriens, qui fuient l'horreur dans leur pays.

    Le président Donald Trump a déclaré que cette attaque était motivée par l'inquiétude à l’égard de la vie des civils syriens, alors que son administration fait preuve d'un mépris flagrant envers les Syriens qui tentent de fuir pour échapper à la mort. Il doit immédiatement révoquer le décret interdisant aux citoyens de plusieurs pays musulmans d’entrer sur le territoire américain et mettre fin aux restrictions visant les réfugiés syriens, qui fuient l'horreur dans leur pays.

    Margaret Huang, directrice générale d'Amnesty International États-Unis

    « En outre, les forces américaines doivent respecter strictement les obligations découlant du droit international humanitaire et prendre toutes les précautions possibles pour protéger la population civile lorsqu'elles procèdent à une opération militaire, notamment en s'abstenant d'utiliser des armes interdites au titre du droit international, comme les armes à sous-munitions. Les récentes frappes aériennes de la coalition que dirige les États-Unis en Irak et en Syrie ont tué des centaines de civils, dont beaucoup de femmes et d’enfants pris au piège chez eux.

    « Le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas réussi à protéger les civils en Syrie depuis les six dernières années. Cela a encouragé toutes les parties au conflit en Syrie à commettre des crimes horribles en toute impunité. Il est impératif que les États membres du Conseil adoptent une résolution permettant de garantir la tenue sur le terrain d’une enquête sur l'attaque à l'arme chimique qui s'est déroulée à Khan Sheikhoun et de contribuer à traduire en justice les responsables présumés de ces crimes. »

    7 avril 2017

    https://www.amnesty.org/fr

  • Au Kef : d’un sit-in ouvrier à l’union contre la discrimination régionale (Nawaat.tn)

    Mahran-Khlifi.jpg

    Mahrane Khelifi

    Depuis 13 jours, le Kef vit au rythme de protestations sociales sous embargo médiatique et menace sécuritaire.

    Après les menaces de fermeture de l’une des dernières usines de la ville, l’usine de câblage Coroplast, un sit-in a été entamé par ses ouvriers et une coalition entre l’UGTT, la société civile et d’autres mouvements sociaux pour élargir les demandes et maintenir la pression. Devant l’impossibilité de trouver un compromis, le secrétaire général du syndicat de base de Coroplast, Mahrane Khelifi, menace, vendredi 7 avril, d’entamer une grève de la faim. Pour le bureau régional de l’UGTT, l’idée d’une grève générale fait son chemin.

    Quatre cent quarante ouvriers et ouvrières sont menacés de licenciement. Cette goutte qui fait déborder le vase selon les Keffois ne semble pas intéresser les médias et le gouvernement. Mercredi 5 avril, L’UGTT a appelé à une marche dans la ville du Kef pour dénoncer le laxisme du gouvernement, non seulement par rapport à la fermeture de l’usine de câblage mais aussi vis-à-vis de toutes les demandes sociales qui traînent depuis des années. Près de quatre mille personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans les rues, avant de se rassembler devant le gouvernorat, exprimant leur ras-le-bol. La marche a réuni les chômeurs, les diplômés chômeurs, les ouvriers agricoles, les ouvriers des chantiers, les familles des prisonniers de Tajerouine et de Djerissa, les ouvriers d’usines, la société civile et les habitants du Kef, sous des slogans unificateurs appelant le gouvernement et le gouverneur à démissionner.

    Sur les épaules de ses camarades, Mahrane Khelifi, tient son mégaphone et crie « La délégation de Youssef Chahed qui est venue hier déclare à la télévision que les problèmes sont réglés ! Je leur dis d’ici, entouré des miens : vous êtes des menteurs ! Ni les lobbys de Wided Bouchamaoui, ni les ministres de Chahed ne réussiront à mettre la pression sur les ouvriers et ouvrières du Kef et les faire taire ! Nous sommes forts grâce à votre soutien ! La fermeture de notre usine n’est qu’une goutte dans la mer d’injustices dont souffrent les Keffois ! ».

    Nous sommes devant le gouvernorat, où des milliers de manifestants se rassemblent après une marche dans la ville. Mahrane, 29 ans, est secrétaire général du syndicat de base de l’usine du câblage depuis six ans. En 2015, il a entamé des négociations avec la direction de l’usine après le licenciement de 120 contractuelssous prétexte de dimintution des commandes. Mardi 4 avril, le chef du gouvernement a dépêché pour des pourparlers Majdouline Cherni, ministre de la Jeunesse et originaire du Kef, et Mahdi Ben Gharbi, ministre des Relations avec la société civile et les instances constitutionnelles. Des pourparlers soldés par un boycott de la part de l’UGTT, le syndicat de l’usine et des différentes composantes de la société civile.

    Histoire d’une surexploitation à plusieurs niveaux

    En 2008, la société allemande « Coroplast Harness Systems Tunisie » a ouvert une usine au Kef. En contre-partie des avantages fiscaux et de la location d’un local au dinar symbolique, les allemands se sont engagés à employer plus de 2000 personne à l’horizon 2014. Cependant, au lieu d’augmenter le nombre des ouvriers à l’usine du Kef, Coroplast a lancé, en 2012, une deuxième usine à Nabeulqui compte 24 entreprises et emploie plus de 2940 personnes. En 2014, Aymen Zouari, directeur général de Coroplast, commence à menacer les ouvriers de fermeture. « Nous avons donc entamé des négociations avec la direction et nous avons informé les anciens gouverneurs et chefs de gouvernement de ces menaces de fermeture. En vain ! » se rappelle Sameh Brini, 37 ans,ouvrière à Coroplast. Avec son mari, elle travaille dans l’usine depuis six ans pour nourrir trois enfants et payer le crédit de son logement.

    À Coroplast, les salaires varient entre 380 dinars pour les femmes et 600 dinars pour les hommes. Chaque ouvrier produit près de 50 câbles par jour. Le câble est vendu à 5,9 euros, soit une fois et demi le salaire d’une ouvrière. « Et pourtant, nous n’avons jamais demandé une augmentation de salaire. Nous demandons juste de garder notre usine ouverte et d’intégrer les ouvriers contractuels licenciés en 2015, ainsi que de garder les 50 autres contractuels que la direction compte licencier d’ici fin 2017 ». Au cours des négociations avec le gouvernement, le syndicat de base a proposé à la direction de l’usine et au gouvernement de maintenir les ouvriers contractuels pour les six prochains mois en s’engageant à contribuer à leur rémunération à l’aide du ministère des Affaires sociales. « Jeudi 6 avril, l’investisseur allemand et la direction de l’usine ont refusé cette proposition sans donner une alternative », nous apprend Mahrane.

    En plus de l’usine Coroplast, une dizaine d’usines abandonnées ont transformé la zone industrielle en quartier fantomatique. Depuis 2011, les usines du gouvernorat du Kef ont commencé à fermer, comme la cimenterie de Djerissa, la briquèterie de Kessour et quelques usines textiles au Kef. Fin août 2012, l’usine de fabrication de gants médicaux à Kalaat Senane a été délocalisée dans la zone de Ben Arous, quelques mois après son lancement, sous prétexte que la situation sécuritaire n’est pas stable au Kef. « La militarisation de la région, qui s’est renforcée depuis 2011, nous a coûté cher. Le Kef est classé zone rouge alors que nous n’avons vécu aucune attaque terroriste grave », proteste Mahrane.

    En février 2011, la région était sous quarantaine militaire suite à de grandes manifestations demandant la justice sociale. Pour calmer la colère de la région, un conseil ministériel présidé par Béji Caid Essebsi a annoncé une série de réformes en faveur du Kef. Parmi ces promesses, BCE a annoncé le lancement du projet de mine de phosphate à Sra Ouertane, censé générer entre 2000 et 7000 emplois.

    L’union fait la force : les mouvements sociaux reviennent à la rue

    Sous les applaudissements des manifestants, Mahrane quitte le rassemblement devant le gouvernorat. Interpellé discrètement par un des hauts cadres de l’UGTT, il part en direction de la centrale syndicale pour une réunion préparatoire aux prochaines négociations et à une possible grève générale au Kef. « Mahrane est un jeune syndicaliste qui n’a pas le poids politique nécessaire pour tenir tête à la grande machine syndicale. Il doit absolument trouver des compromis entre les exigences de l’UGTT et les ambitions de radicalisation des ouvriers et des autres mouvements sociaux », affirme Boulbeba Makhlouf, médecin et militant de l’Organisation du travail communiste. Avec d’autres jeunes indépendants, il propose de radicaliser les méthodes de résistance avec une campagne nationale de boycott des produits de  Volkswagen, premier client de Coroplast ainsi qu’une grève à l’usine de Nabeul en signe de solidarité avec les ouvriers du Kef.

    Autour de trois grandes tentes où les sit-ineurs ont accroché des banderoles avec leurs revendications, une centaine de femmes éparpillées en petits groupes attendent des nouvelles de la réunion de l’UGTT. « Nous ne comptons pas rentrer chez nous avant la réalisation de nos objectifs. Le premier jour du sit-in, les policiers nous ont attaquées. Ils nous ont tabassées et insultées pour nous persuader de rentrer chez nous. Mais nous avons réussi à résister et rien ne nous empêchera de poursuivre le sit-in », affirme Hana Chebihi, 26 ans, enceinte de neuf mois et ouvrière à Coroplast depuis 5 ans.

    En plus des mouvements des chômeurs et des diplômés chômeurs, déjà actifs entre Dahmani, Sers, Kaalet Senane et d’autres délégations du Kef, les mères des prisonniers de Tajerouine et de Djerissa, en détention depuis 15 mois suite aux manifestations de janvier 2016, soutiennent en masse les ouvriers de Coroplast. « L’union aidera certainement à faire entendre notre voix ! Les familles qui ont vu leurs fils libéré, il y a quelques semaines nous ont abandonnées. Mais la société civile est encore là ! Donc nous venons tous les jours manifester contre l’injustice que subit tout le Kef y compris nos enfants ! », s’indigne Fatiha Cherni, mère de Walid Cherni, 22 ans, arrêté en janvier 2016 pour avoir manifesté à Tajerouine pour le travail.

    Le gouvernement et les investisseurs privés avancent l’argument sécuritaire comme principale cause de blocage de développement régional au Kef. De leur côté, les Keffois expliquent que le danger sécuritaire n’est qu’une illusion. « Ni le gouverneur, ni le gouvernement actuel ne sont capables d’écouter et de comprendre les besoins de la région. Nous n’avons pas besoin de plus de barricades mais de réformes administratives, d’investissements dans l’infrastructure et d’une audace politique pour lutter contre la corruption et le népotisme », affirme Fadhel Bedhiafi, vice-président de la section de la Ligue unisienne des droits de l’Homme du Kef.

    Henda Chennaoui

    Journaliste indépendante, spécialiste en mouvements sociaux et nouvelles formes de résistance civile. Je m'intéresse à l'observation et l'explication de l'actualité sociale et économique qui passe inaperçue.
     
  • Yémen : deux ans après, la guerre et la famine(JDD)

    Au Yémen, les orphelins sont laissés à leur sort

    Au Yémen, les orphelins sont laissés à leur sort (Reuters)

    Plongé dans la guerre civile depuis deux ans, le Yémen est frappé également par la famine. Rien ne semble apaiser les deux parties qui s'opposent

    Le Yémen est un trou noir que seuls des chiffres effrayants viennent tristement éclairer. Deux ans après avoir été chassé de la capitale Sanaa par les rebelles Houthis , Abd Rabbo Mansour Hadi reste le président "légitime" mais réside le plus souvent à Ryad, en Arabie saoudite. Il est devenu le spectateur impuissant et lointain de ce que certains appellent "le bourbier yéménite". Selon les toutes dernières estimations de l'ONU, les combats auraient fait plus de 10.000 morts, majoritairement des civils dont au moins 1.546 enfants,dans un pays où près de 50% des 27 millions d'habitants ont moins de 18 ans. De son côté le Haut Commissariat aux Réfugiés (UNHCR), rappelle que 21 millions de Yéménites, soit 82% de la population, sont dans un besoin urgent d'assistance humanitaire. Il y aurait en outre près de trois millions de déplacés.

    A l’initiative de Handicap International, six organisations humanitaires françaises non gouvernementales (ONG) - Médecins du Monde, Care, Solidarités international, Première urgence internationale et Action contre la Faim - sont montées au créneau cette semaine, après l’annonce de l’ONU invoquant  "la pire crise humanitaire" et "un grave risque de famine" pour ce pays, déjà l’un des plus démunis au monde. Onze millions de personnes vivent dans les zones disputées où les combats font rages. Les Nations-Unies font état de 325 attaques, soit près d’un bombardement par jour que Jean-Pierre Delomier, directeur de l’action humanitaire de Handicap, dénonce comme "la preuve d’un mépris absolu pour la vie des civils". L’organisation CARE s’alarme "des zones grises" où la famine aurait frappé et Médecins du Monde rappelle que "les humanitaires sont confrontés chaque jour à la détresse des civils sans accès aux soins". Aujourd'hui, vingt et un million de Yéménites vivent sous assistance humanitaire et près de 3,5 millions de jeunes sont déscolarisés. Soit le double en deux ans. "Toute une génération risque de voir son avenir compromis", a prévenu la porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) pour le Yémen, Shabia Mantoo.

    Sept trêves depuis le début du conflit

    Les frappes aériennes n'épargnent pas les pêcheurs nombreux dans la région. Toujours selon le UNHCR, les petites embarcations sont visées sans sommation. Le 15 mars, un hélicoptère Apache a pilonné un bateau de pêcheur près de la côte de Al Hudaydah, faisant deux morts et en blessant cinq autres. Un autre bateau a été pulvérisé par un missile, dans la même région et le même jour cinq pêcheurs ont péri, touchés par un missile de la Coalition, commandée par l'Arabie saoudite et parti-prenante du conflit depuis le 26 mars 2015, près de la côte de Ad Durayhimi, toujours dans le district de Al Hudaydah.

    Il y a eu sept trêves arrangées par l'ONU depuis le début du conflit et l'ex-Secrétaire d'Etat américain John Kerry. Mais selon l'ONU, les belligérants refusent de négocier. L'enjeu est crucial pour les Saoudiens qui cherche ainsi à contrer leur grand rival iranien, accusé de soutenir les rebelles Houthis. Barack Obama n'était pas très bien disposé à leur égard et ils semblent compter davantage sur Donald Trump qui semble mieux disposé à leur encontre. Jusqu'à présent, Washington fournit les armes à la coalition et l'assiste en ravitaillement aérien et en renseignements. La question est de savoir si l'administration Trump va augmenter cette aide. Ce qui serait perçu selon Joost Hiltermann et April Alley de l'International Crisis Group, "comme un signal fort de sa déterminationface à l'Iran".

    L'ancien Président Ali Abdallah Saleh s'est rallié aux Houthis alors que pendant longtemps il les a combattus.

    Saleh avait été obligé de laisser sa place en 2012, après un accord politique passé avec les Saoudiens qui lui garantissaient en échange l’immunité à vie. Il n'a clairement pas abandonné l'idée de revenir au centre du jeu politique yéménite. Pendant ce temps-là, le Président "légitime" Hadi campe sur ses positions et affirme qu'il ne remettra le pouvoir qu'à un "président élu". Deux ans, jour pour jour, après le début du conflit, il persiste à exiger une reprise du processus politique.

    Karen Lajon - leJDD.f

    Lire aussi :

    Yémen : lourdes pertes pour la coalition arabe

    Le Yémen, la guerre oubliée?

    http://www.lejdd.fr/

  • Les discriminés politiques encore sous le joug de la répression (Nawaat.tn)

    tunisie-repression-550450-jpg_377253_660x281.JPG

    Mardi 21 mars 2017, les discriminés politiques se sont rassemblés à la Kasbah. Ils ont été accueillis par un cordon sécuritaire pour les maintenir bien loin de la Présidence du gouvernement. Très vite la tension est montée d’un cran. Les policiers ont aspergé, en plein visage, les militants de la première ligne par des aérosols lacrymogènes. Devant le refus de toute reprise des négociations, les discriminés politiques ont annoncé une semaine nationale de protestation du 15 au 22 mars, après avoir suspendu une grève de la faim de 33 jours. Ils réclament leur recrutement dans la fonction publique après des années de harcèlement par la police politique de Ben Ali. En 2015, le ministère de l’Intérieur a reconnu ses crimes d’espionnage, de torture et de discrimination à l’embauche contre des centaines de militants. Cependant, les multiples négociations n’ont pas abouti à la réparation des préjudices. De Bizerte, Kef, Sidi Bouzid et Sfax, quatre militants racontent le calvaire de la dictature qui continue jusqu’à aujourd’hui.

    Amina Ben Amor, discriminée… depuis la naissance

    « Mon premier interrogatoire, je l’ai eu à l’âge de huit ans. Deux hommes sont venus à l’école pour m’interroger sur mon père, Abdelaziz Ben Amor, qui vivait dans la clandestinité après une condamnation à six ans de prison en 1991. Ils étaient grands et gros et je ne comprenais pas trop ce qu’ils voulaient de moi. Accompagnés d’une assistante sociale, ils m’ont interpellé dans une salle vide, en présence du directeur de l’école. Ils voulaient avoir des informations sur mon père. Je répétais ce que ma mère m’a appris à dire aux étrangers. L’un d’eux s’est rendu compte que je ne disais pas la vérité. Il m’a giflé et c’était la gifle que je n’oublierais jamais. Après, j’ai été tabassée des centaines de fois au lycée et surtout à l’université. Cette première gifle me fait encore mal. Elle est le début d’un parcours de répression et d’injustice qui continue jusqu’à aujourd’hui ».

    A 33 ans, Amina Ben Amor est veuve et mère d’une fille de 10 ans. Après une maîtrise d’anglais obtenue à Sfax en 2005, elle passe près de 20 concours pour accéder à la fonction publique. Toujours refusée, Amina ne se doutait de rien jusqu’au jour où un policier lui jette à la figure « tu n’auras jamais un poste dans la fonction publique ! Ton nom est sur une liste noire ! » se rappelle-t-elle. Amina se tourne, alors, vers le secteur privé. En 2007,elle décroche un poste d’assistante à British Gaz. « Ils étaient satisfaits de mon travail et j’étais en bon terme avec mes supérieurs et mes collègues, jusqu’au jour où le directeur m’annonce, avec regret, la décision de me licencier. Il n’avait pas d’arguments pour s’expliquer … Il avait honte, mais j’ai compris ». Déçue, Amina se radicalise. Elle se consacre pleinement au militantisme au sein de l’Union des diplômés chômeurs. En 2011, lors d’un sit-in des forces de l’ordre à Sfax, un ancien policier politique l’interpelle dans la rue et lui avoue avoir été chargé de sa surveillance et qu’elle pourrait même citer son nom devant un juge « si un jour justice sera faite » ironise Amina.

    Kaouther Ayari, fugitive sous Ben Ali, discriminée en démocratie


    « Entre 2004 et 2009, ma vie était un cauchemar interminable. j’étais recherchée sans mandat d’amener. Les policiers ont harcelé ma famille à Menzel Bourguiba. Ils ont terrorisé ma mère, confisqué les papiers de mon frère, interrogé ma sœur quotidiennement au poste de police. Ils m’ont interdit de poursuivre mes études et m’ont poursuivie partout. J’étais obligée de devenir SDF ou plutôt une fugitive qui doit se débrouiller toute seule sans mettre en danger la vie des autres. Tous mes rêves d’études et de carrière se sont brisés sous les bottes de l’uniforme policier. Mais j’ai gardé le sourire car je savais que le peuple allait se révolter ».

    Qui ne se rappelle pas des discours enflammés de la jeune femme frêle sur la place Mohamed Ali, durant les premiers jours du janvier 2011 ? Kaouther Ayari, 37 ans, militante de gauche et mère d’une petite fille de 7 ans, est une figure des discriminés politiques. Sa première manifestation date de 1996 quand elle était encore élève. Depuis son jeune âge, Kaouther a pris l’habitude de voir sa famille discriminée des aides sociales car son père refusait la carte d’adhésion au RCD. Avec ses dix frères et sœurs, elle avait une seule idée en tête; réussir ses études et travailler pour aider sa famille. Mais son adhésion à l’UGET, à l’Union des jeunes communistes puis au Parti des travailleurs lui a coûté cher.

    En 2007, elle se marie et déménage à Jerba pour échapper à la répression. Mais sa réputation d’opposante au régime la poursuit. De retour à Tunis en 2009, la répression a repris des plus belles. « J’étais contrainte à déménager tous les deux mois. Les policiers me poursuivaient partout. Évidemment, j’étais interdite de voyage, de travail et de vie tout simplement ». En 2015, le nom de Kaouther Ayari figure sur la liste des discriminés politiques reconnus comme tels par le ministère de l’Intérieur. Depuis, Kaouther n’attend pas. Elle est dans tous les sit-ins, toutes les manifestations et toutes les grèves de la faim pour réclamer ses droits.

    Safouen Bouzid, le harcèlement judiciaire après la révolution

    Je participé au sit-in de la Kasbah. Je pense qu’en plus du fait que je sois fiché avant la révolution, le système insiste à me punir parce que j’ai participé à faire tomber le gouvernement de Mohamed Ghanouchi. Menzel Bouzayane, d’où je viens est l’une des régions qui ont fait réussir la révolution. Nous avons résisté à la répression et organisé la résistance dans toute la région. Quelques jours avant le départ de Ben Ali, nous avons confisqué les archives du poste de police de la ville. Mon nom figure sur la liste noire des opposants à poursuivre, à harceler et à empêcher de travailler. J’ai envoyé ces documents à la commission qui a pris en charge le dossier au sein du gouvernement tout en sachant qu’elle ne va rien faire. Je sais que je suis encore blacklisté ».

    Depuis ses années de lycée, Safouen Bouzid, 33 ans, participe aux manifestations organisées par le bureau local de l’UGTT pour la cause palestinienne et contre l’invasion américaine de l’Irak. En 2001, il est admis à la Faculté des lettres de Sousse et devient membre de l’UGET. Il réussi une seule année d’études en français avant de devenir une cible de la police politique. « En 2011, dans les archives de la faculté, j’ai trouvé les preuves qui attestent que la police police était derrière toutes ces années de redoublement ». En 2005, Safouen est l’un des leaders de l’Union générale des étudiants tunisiens qui s’est opposée ouvertement au Sommet mondial de la société de l’information organisé par Ben Ali. Après plusieurs manifestations qui ont accompagné l‘appel du 18 octobre, Safouen et des dizaines de militants sont contraints de passer à la clandestinité pour échapper aux arrestations.

    Dès le 24 décembre 2010, Safouen prend en charge la mobilisation de Bouzayane contre la dictature. Après le 14 janvier, il organise avec d’autres jeunes de Bouzayane, Thala et Kasserine le premier sit-in de la Kasbah « avant qu’il soit confisquer par les partis politiques et des syndicalistes corrompus » regrette-t-il. Retour au bercail, Safouane ne quitte plus Bouzayane où il organise une centaine de sit-ins pour le travail et le développement dans sa région. Il récolte plusieurs procès dont trois en cours avec des chefs d’accusation lourds tels que la désobéissance civile, l’agression d’un fonctionnaire public, l’entrave à la liberté de travail et provocation d’incendie dans des locaux non habités. « Je reçois régulièrement des propositions d’asile à l’étranger mais je refuse de jeter l’éponge » affirme-t-il malgré la fatigue.

    Mouadh Harbaoui, dernière génération des discriminés politiques

    « Je n’oublierais jamais le jour où Achref Barbouche, actuellement conseillé auprès du ministre de l’Éducation, voulait me persuader de renoncer à l’UGET et de rejoindre le RCD pour pouvoir travailler. En 2008- 2009, nous étions étudiants dans la même faculté au Kef. Il m’a clairement fait comprendre que si je continuerais à militer contre Ben Ali, je finirais par crever. Cet imminent conseillé était le rapporteur de la police à la fac. Maintenant, il est au pouvoir alors que je suis au chômage. La discrimination est le fait qu’un rapporteur de la police accède au travail alors que d’autres étudiants sont punis pour leur militantisme »

    Mouadh Harbaoui, 30 ans, du Sers ( 30 km du Kef) était membre de l’UGET depuis 2006. Il réussit sa première année de préparatoire à Bizerte avec mention bien. Pour des raisons de santé, il demande une année sabbatique pour ne pas perdre les quelques avantages de bourses et de logement gratuit.. D’après lui, sa demande était refusée parce qu’ il appartenait à l’UGET. « Le médecin de la fac m’a carrément dit que j’aurais dû aller à l’UGET pour obtenir un certificat valide ». Au bout de quelques semaines, il a été éliminé des cours. « Je me suis retrouvé dans la rue et j’ai perdu espoir de devenir ingénieur » regrette-t-il. L’année suivante, Mouadh s’inscrit au Kef où il obtient une licence en E-services avec la mention très bien. Durant ses années d’étude, il essaye de passer inaperçu même s’il continue à faire partie de l’UGET. Pensant qu’il n’était plus dans le collimateur du système, il passe avec confiance le concours de la CAPES. Mais il ne réussit pas. Après quelques échecs, Mouadh commence à se poser des questions. « Je voyais mes amis réussir et convoqués par différentes administrations, pas moi. J’étais pourtant parmi les premiers de ma promotion. Mais j’ai compris par la suite que mes choix personnels sont la cause de l’injustice que je vis ».

    Henda Chennaoui 23 Mar 2017

    Journaliste indépendante, spécialiste en mouvements sociaux et nouvelles formes de résistance civile. Je m'intéresse à l'observation et l'explication de l'actualité sociale et économique qui passe inaperçue

    http://nawaat.org/

  • Bahreïn : le pouvoir pousse à la confrontation violente (Orient 21)

    n-BAHRAIN-PROTESTS-628x314.jpg

    La décision du ministère de la justice et des affaires islamiques de Bahreïn de dissoudre l’Action démocratique nationale, communément appelée Waad, s’inscrit dans une politique de répression de toutes les formes pacifiques d’opposition. Le pouvoir, qui a déjà fermé les portes d’un dialogue politique, pousse ainsi à la violence.

    Le 1er janvier 2017, un commando de quatre à six personnes a attaqué à l’arme automatique la prison centrale de Jaw située sur la côte sud-est de l’île, tuant un gardien et permettant l’évasion de dix détenus. Huit d’entre eux avaient été condamnés à des peines de prison à perpétuité pour diverses actions violentes ou détention d’armes. Immédiatement, le ministère de l’intérieur a dénoncé l’action d’une « cellule terroriste » bénéficiant d’appuis étrangers — sous-entendu iraniens —, et engagé une chasse à l’homme pour retrouver les fugitifs, contrôlant les grandes voies de circulation et bouclant divers quartiers chiites connus pour leur sentiment anti-régime.

    Dans ce contexte d’intenses contrôles sécuritaires, la cavale des évadés a duré moins de deux mois. L’un d’entre eux, Reda Al-Ghasra, qui s’était déjà illustré par trois évasions, a été tué lors de l’interception par la marine bahreïnienne de l’embarcation à bord de laquelle il essayait de fuir le royaume le 9 février1. D’après le procureur général, les autres ont été arrêtés le 4 mars lors d’une vaste opération de police qui aurait permis de débusquer une cellule terroriste de 54 membres et de saisir armes et matériel explosif. Outre 41 personnes résidant au Bahreïn, la cellule comprenait 12 membres basés en Iran ou en Irak ; l’un des leaders du groupe aurait utilisé l’Allemagne comme base arrière pour organiser les déplacements des autres vers l’Iran ou l’Irak en vue de recevoir une formation dans la manipulation d’armes et d’explosifs dans les camps d’entraînement des Gardiens de la révolution.

    L’attaque de la prison de Jaw constitue une étape inquiétante dans la crise politique au Bahreïn : c’est en effet la première fois que l’opposition radicale monte une opération commando impliquant une telle sophistication, marquant un degré supplémentaire de violence et contrastant avec les techniques utilisées jusqu’alors, qui consistaient en l’explosion de bombes, mises à feu à distance, lors du passage de véhicules de police. Depuis le mois d’octobre 2012 et l’explosion d’une bombe artisanale à Eker tuant un policier, ce mode opératoire a coûté la vie, chaque année, à plusieurs membres des forces de l’ordre bahreïniens, étrangers ou golfiens2. Dès 2013, le nombre d’explosions de « véritables » engins explosifs improvisés (EEI) l’emportait sur l’emploi de « faux », canulars apparus dans les mois suivant l’éviction du rond-point de la Perle pour tourner en dérision les forces de police. Le recours à cette technique de détonation à distance constituait déjà en soi une rupture de nature avec les formes de guérilla urbaine — cocktails Molotov et pneus brûlés — qui étaient et sont toujours utilisées par les jeunes des villages chiites sans plus de formation.

    Suivant la logique du pire, c’est désormais l’option de la violence armée qui occupe le devant de la scène au Bahreïn. En dépit du maillage sécuritaire très dense, des fusils d’assaut circulent sur l’île. Le gouvernement bahreïnien y voit le signe indéniable de l’aide militaire apportée par les Gardiens de la révolution iraniens à la rébellion bahreïnienne, et ainsi, la confirmation de l’implication de l’Iran qu’il dénonçait depuis 2011 dans une sorte de prédiction autoréalisatrice. Cette montée en puissance des réseaux capables de se procurer des armes intervient dans le vide laissé par la répression de l’opposition légaliste pacifique, qui a ostensiblement donné raison aux plus extrêmes au sein de l’opposition, convaincus de la nécessité de faire chuter le régime par tous les moyens. Pour l’heure, le succès de l’attaque de Jaw démontre une faille dans l’appareil sécuritaire bahreïnien du ministère de l’intérieur. Ses conséquences ont été de plusieurs ordres.

    Spirale sécuritaire

    D’abord, quinze jours après l’évasion, le Bahreïn rompait un moratoire sur les exécutions capitales qui prévalait de facto depuis 2010. Pour la première fois depuis le soulèvement populaire, les autorités exécutaient trois hommes jugés coupables de la mort de trois policiers (dont un Émirien, Tariq Al-Chehi), tués à Daih lors de l’explosion d’un EEI, en dépit d’allégations, par les organisations de défense des droits humains, de confessions arrachées sous la torture. Certains observateurs bahreïniens ont vu dans l’accélération soudaine de la procédure et l’épuisement des recours, suite à la confirmation de la peine par la Cour de cassation, la pression des Émirats arabes unis craignant de voir les responsables de la mort d’un de leurs lieutenants s’évader à leur tour. Toujours est-il que l’exécution des trois jeunes a donné lieu, sans surprise, à des manifestations dans plusieurs villages chiites dont les participants scandaient des slogans hostiles à la monarchie. Ces mouvements de protestation se sont terminés par des heurts avec les forces de l’ordre, ainsi que l’incendie volontaire d’un bâtiment officiel du gouvernorat du Nord.

    Ensuite, l’évasion de la prison de Jaw a infligé un cinglant revers aux forces du ministère de l’intérieur, dirigé par le cheikh Rachid Ben Abdullah, réputé très proche du roi. D’après les observateurs bahreïniens, la mise en difficulté du cheikh Rachid donnait l’occasion, au sein de la famille royale, à la faction plus radicale des Khawalid3 opposée au compromis et partisane de l’option sécuritaire, de reprendre l’avantage.

    Dès le 5 janvier 2017, un décret rendait aux services de renseignement, la National Security Agency (NSA) — bénéficiant d’une relative autonomie par rapport au ministère de l’intérieur4 — le pouvoir d’arrêter, de placer en détention et d’interroger les suspects en matière de terrorisme. Pouvoir qu’un décret de novembre 2011 lui avait ôté, conformément aux recommandations du rapport Bassiouni5. En effet, ce dernier, notant déjà que ces pouvoirs étaient « une anomalie pour une agence de renseignement »6 avait établi la responsabilité de l’agence dans la mort sous la torture du cofondateur du journal d’opposition Al-Wasat, Abdul Karim Fakhrawi, et avait mis au jour des pratiques systématiques et mauvais traitements physiques et psychologiques assimilables à de la torture. Au vu de la détérioration rapide de la situation, la création en 2012 d’un poste d’ombudsman pour enquêter sur les plaintes déposées contre l’agence semble une garantie dérisoire pour rassurer sur ces pratiques lors de détentions.

    Une seconde mesure revient sur l’un des principaux acquis du rapport Bassiouni tout en empiétant sur les pouvoirs du ministère de l’intérieur : le Parlement a approuvé le 5 mars un amendement constitutionnel permettant aux tribunaux militaires de juger des civils. Le ministre de la justice l’a estimée nécessaire pour faire face à une « guerre irrégulière ». Là encore, le rapport Bassiouni avait salué le transfert des dossiers des tribunaux militaires de sûreté nationale vers des juridictions civiles et la possibilité d’appeler de leurs jugements devant la Cour de cassation, doutant que la façon dont le Code pénal y avait été appliqué soit conforme au droit international humanitaire7.

    Ainsi pour réaffirmer son contrôle de la situation et donner plus de pouvoir à son appareil sécuritaire, le régime de Manama est-il revenu sur les acquis principaux et les réformes qu’il avait engagés avec force publicité au lendemain de la crise de 2011, agitant le danger du terrorisme, dont il a lui-même alimenté le terreau en étouffant les voix de l’opposition disposées au dialogue.

    En finir avec toute opposition

    Parachevant la logique binaire de radicalisation, le ministre de la justice et des affaires islamiques dont dépendent les « associations politiques » (désignées comme telles en l’absence de partis officiellement reconnus) a annoncé le 6 mars son intention de dissoudre la dernière association d’opposition qui restait encore, l’Action démocratique nationale, communément appelé Waad , pour, entre autres, son « soutien au terrorisme » ou « la glorification d’individus condamnés pour terrorisme ».

    Héritier du Front populaire de libération du Bahreïn, le Waad, courant laïc de gauche, ne représente pourtant pas une force de mobilisation dangereuse pour le régime comme pouvait l’être celle du puissant Wefaq, dissous en juin 2016. Le Wefaq, qui captait les griefs des nouvelles générations formulés en termes de discrimination confessionnelle, pouvait se targuer d’approcher la majorité parlementaire. Même dissous, le procès contre son leader spirituel dénaturalisé le cheikh Issa Qassim mobilise des foules à tel point que son village, Diraz, est bouclé et Internet coupé. Son allié, le Waad, dont les militants — sunnites comme chiites — sont issus principalement des classes moyennes urbaines et des rangs des intellectuels, n’avait jamais eu de député à la chambre basse. Pourtant sa présence demeure gênante : son alliance solide avec le Wefaq chiite, tout comme son discours articulant des idées politiques de gauche faisant écho au discours occidental sur les droits civiques et politiques donnent la preuve que les revendications ne sont pas purement confessionnelles ni inspirées du modèle iranien.

    En éliminant les courants politiques constitués ayant opté pour la négociation, le régime bahreïnien entend pouvoir se livrer, sous couvert de lutte antiterroriste, à la seule opposition qui reste, celle des groupuscules armés. Pourtant, sa répression contre toute forme d’opposition — y compris pacifique — sape la légitimité dont il se prévaut pour agir contre la violence. C’est elle qui fait que le conflit prend peu à peu les traits que le gouvernement bahreïnien lui prêtait depuis le début du soulèvement : ceux d’une rébellion armée, prête à en découdre, y compris en recourant à l’aide étrangère.

    Claire Beaugrand

    1L’interception de l’embarcation, filmée par les autorités bahreïniennes a conduit, d’après un communiqué du ministère de l’intérieur, à la mort de deux complices et l’arrestation de sept autres personnes impliquées dans l’attaque de la prison de Jaw.

    2Pour l’année 2014, Anthony Cordesman recense la mort de six policiers et un civil lors d’explosion de bombes improvisées. Lire The Arab-U.S. Strategic Partnership and the Changing Security Balance in the Gulf, Center for Strategic and International Studies, Washington, octobre 2015  ; p. 362. Le think tank américain pro-israélien Washington institute for Near East Policy avance, quant à lui, le nombre de douze victimes parmi les policiers, depuis 2012.

    3Appartiennent à la branche des Khawalid le ministre de la cour royale, Khaled Ben Ahmed Al-Khalifah, le ministre de la défense, Khalifa Ben Ahmed et le ministre de la justice, Khaled Ben Ali Al-Khalifa.

    4Le directeur de la NSA a rang de ministre et siège, aux côtés du ministre de l’intérieur, au Conseil suprême de défense.

    5La commission indépendante d’enquête sur le Bahreïn (Bahrain Independant Commission of Inquiry, BICI) dirigée par Chérif Bassiouni avait été mise en place, à la demande du roi, fin juin 2011 pour faire la lumière sur les événements sanglants de février et mars 2011. Elle a rendu ses conclusions le 23 novembre 2011.

    6«  This is an anomaly when compared to other intelligence agencies, whose functions are limited to information gathering and analysis and do not extend to arrest powers  », p. 43 du rapport.

    7«  The Commission has a number of concerns about their conformity with international human rights law and with the Constitution of Bahrain  », p. 305.

    Claire Beaugrand  23 mars 2017

    http://orientxxi.info/

  • Lausanne Syrie

    Flyer-Lasne.jpg

  • Guerre au Yémen : la France finance le conflit… et empoche 455 millions d’euros (Anti-k)

    yelmen.jpg

    François Hollande vient de donner son accord pour vendre à l’Arabie saoudite des armes en masse dans le cadre de la guerre au Yémen où sunnites et chiites se déchirent.

    Un contrat de près de 455 millions d’euros suffisant pour fermer les yeux sur l’horreur de la situation… et de l’intervention saoudienne.

    Yémen : un conflit entre sunnites et chiites

    Depuis près de deux ans, le Yémen est en proie à un conflit interne entre le gouvernement de Sanaa et les rebelles houtis. Ce conflit dépasse largement les frontières nationales puisque les puissances présentes au Moyen-Orient alimentent le conflit de leur soutien et se livrent une guerre par procuration. Dans le camp des houtis, c’est l’Iran chiite qui finance la guerre tandis que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et soutenue par les États-Unis entend remettre en selle le président Abd Rabbo Mansour Hadi, d’obédience sunnite.

    Les conflits au Yémen font rage et touchent sans distinction les combattants, les populations civiles, les hôpitaux et les écoles.

    Le nombres de victimes de raids aériens sur des hôpitaux est astronomique à l’image de celui qui a fait 140 morts et 500 blessés en octobre 2016 ou celui perpétré par les États-Unis au mois de janvier dernier. Alors que les violations des droits les plus élémentaires sont monnaie courante dans ce conflit, que de nombreuses associations comme Amnesty International dénoncent l’implication des États-Unis et du Royaume-Uni dans la coalition, la France fait la sourde oreille à propos des souffrances des civils et n’écoute que l’appel des profits que la vente d’armes peut lui rapporter. Avec près de 20 milliards d’euros de matériel vendu en 2016, la France a battu son précédent record de 17 milliard atteint en 2015. Elle entend donc consolider sa place dans le trio mondial d’exportateurs d’armes.

    Saudi-French Military Contract : 455 millions d’euros de contrat d’armement

    Les relations commerciales en matière d’armement entre la France et la pétromonarchie du golfe remontent, pour la période récente, à 2014. Le contrat Donas, signé par l’Arabie saoudite et la France au profit du Liban s’est finalement mué en achat direct d’armes pour le compte du principal pays de la péninsule arabique. D’un montant de 3 milliard d’euros, il a déjà fait la joie des industriels français. Aujourd’hui le contrat a été rebaptisé SFMC pour Saudi-French Military Contract. C’est sur ce nouveau contrat que les saoudiens ont entrepris de refaire leur stock d’armement pour une somme qui atteint actuellement les 455 millions d’euros mais qui pourrait, à terme, représenter 1,2 à 1,4 milliard d’euros.

    Dans ces conditions, pas question de faire perdre de juteux contrats en munitions et canons à Nexter et Thalès TDA Armements. Pourtant, la procédure de transfert des armes dans le golfe n’a pas été facile et il a finalement fallu qu’Hollande mette un terme aux réticences de Cazeneuve et du Quai d’Orsay et tranche en faveur de l’autorisation de la vente d’armes à l’Arabie saoudite. C’est donc la ligne du ministère des Finances, toujours près à rendre service aux grands groupes, et de celle Le Drian, toujours près à combattre le terrorisme en finançant les pires dictatures, qui l’a emporté.

    Pour masquer un financement ouvert du conflit, le contrat a été rédigé dans des termes qui ne laissent pas entendre qu’il finance une guerre d’influence locale, alors que les armes une fois livrées y serviront sans aucun doute. Une partie des fournitures est directement destinée à la garde nationale qui n’intervient pas en dehors du pays et les munitions livrées le seront sans qu’on s’inquiète de leur usage, bien que la quantité commandée indique un besoin supérieur aux demandes ordinaires de Riyad.

    Dans le domaine des règles commerciale comme dans celui des droits démocratiques, la France fait une fois de plus la démonstration qu’elle se moque éperdument de celles qu’elle s’enorgueillit de respecter et de promouvoir. En dépit de la ratification du traité sur le commerce des armes qui interdit la vente d’équipements militaires s’il est avéré qu’ils serviront à perpétrer des violences contre les civils, la France finance bel et bien une guerre ouverte qui la conforte dans sa position de puissance industrielle et militaire d’envergure internationale.

    Boris Lefebvre mercredi 22 mars

    http://www.anti-k.org/

    http://www.revolutionpermanente.fr/

    Commentaire:

    Anti-k est le site de la Commission Economie du NPA. Révolution Permanente est un courant interne du NPA.

     

     

  • "On est dans l'urgence" : en Irak, les camps autour de Mossoul submergés par l'afflux de réfugiés (France Info)

    Des déplacés irakiens au camp Hammam al-Alil, au sud de Mossoul, en mars 2017
    Des déplacés irakiens au camp Hammam al-Alil, au sud de Mossoul, en mars 2017 (ARIS MESSINIS / AFP)

    Ils fuient les combats de Mossoul. Près de 98 000 Irakiens ont trouvé refuge dans des camps alentours mi-mars. Oriane Verdier s'est rendue dans le camp d'Hammam al-Alil, qui a du mal à faire face.

    "Si tu ne te bats pas, tu n'auras pas de nourriture. C’est de la boxe ! Et moi, je suis enceinte !" Devant le camp d'Hammam al-Alil, Zahra sort de la cohue les mains vides, désespérée. Sur un terrain vague couvert d’ordures, hommes, femmes et enfants sont attroupés autour de pickups. Ils ont été conduits ici par l'armée irakienne dans leur fuite des combats qui font rage à Mossoul. Voilà un mois, depuis le 19 février, que les forces irakiennes ont déclenché leur offensive contre le groupe État islamique dans les quartiers ouest de la deuxième ville d'Irak.

    À Hammam al-Alil, plusieurs milliers de déplacés arrivent chaque jour

    Selon un bilan du gouvernement irakien établi le 17 mars, plus de 98 000 personnes ont déjà trouvé refuge dans des camps, où elles reçoivent soins, vivres et couvertures. Géré par les autorités irakiennes et des ONG, le camp d'Hammam al-Alil se situe à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul. Des hommes des villages voisins sont venus distribuer de la nourriture aux dizaines de mains tendues.

    "Chez nous, sous les bombardements, c'était mieux qu'être ici, commente encore Zahra. On dort tous dans un immense chapiteau. On n'a même pas de natte pour dormir. On nous dit qu’il n'y a plus de places dans le camp, qu'il faut attendre que d’autres camps soient finis d'être construits."

    Nous, on a tout laissé derrière nous. On n'a rien. La nuit, c’est l’enfer !" Zahra à franceinfo

    Non loin de là, Nicolas Andrade tente de parer au plus pressé. Lui et son organisation humanitaire, Norwegian Refugee Council, ont repris la direction du camp mi-mars. La tâche est immense. "On est dans l'urgence, explique-t-il. On a eu un afflux massif de déplacés, plusieurs milliers qui arrivaient chaque jour. Normalement, ils sont censés repartir dans des bus en moins de 24 heures, vers des camps où il y a encore de la place. Mais la plupart des autres camps sont pleins ! Les gens restent coincés ici."

    Parmi la foule amassée au camp d'Hammam al-Alil, certaines familles ne sont pas originaires de Mossoul. Ahmad, par exemple, est originaire de Domiz, un village repris il y a plus de deux ans par les combattants kurdes. Mais malgré le départ des jihadistes, il ne peut pas y retourner. "Quand les affrontements ont commencé entre Daech et les peshmergas à Domiz, nous avons fui et nous n'avons pu qu'aller vers Mossoul, nous confie-t-il. Maintenant, les autorités kurdes pensent que nous avons collaboré avec Daech. Elles disent qu’il faut attendre la libération complète de Mossoul pour qu'on nous donne l’autorisation de rentrer chez nous. Mais notre village est arabe, pas kurde."

    Nous ne sommes pas des guerriers ! Nous sommes simplement des gens qui fuient les combats et qui veulent retourner chez eux. Ahmad, un Irakien à franceinfo

    Car derrière la lutte contre le groupe État islamique se joue également désormais un rapport de force entre les différentes entités militaires et politiques d'Irak. Un jeu dangereux pour les communautés habitant la région.

    En Irak, les camps autour de Mossoul submergés par l'afflux de réfugiés. Oriane Verdier Radio France