Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Altermondialisme

  • Succès du congrès d’ATTAC Maroc

    cadtm.jpg

    Succès du congrès d’ATTAC Maroc et élection du nouveau Secrétariat national de l’association

    Les travaux du 6e congrès national d’ATTAC Maroc, membre du réseau CADTM, ont été clôturés comme prévus le 7 mai 2017 à Casablanca après trois jours débats fructueux.

    Ce rendez-vous tenu sous le thème : « Construire Attac Maroc, une contribution à l’élaboration d’alternatives au capitalisme » a permis de mettre à jour notre cadre organisationnel ainsi que fixer les priorités stratégiques de l’association pour les trois ans à venir. Le dernier jour du congrès a été consacré à l’élection du Secrétariat national, organe exécutif de l’association.

    Nos travaux ont été empreints de débats constructifs en vue d’affirmer notre vocation d’organisation altermondialiste marocaine active dans la réflexion comme dans l’action de terrain avec pour slogan fédérateur : « Pour un Autre Maroc possible et nécessaire ».

     
     
    membre du réseau CADTM en bref : L’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
     
     
    http://arabic.cadtm.org/

    Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc Email azikiomar2008@gmail.com Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39ATTA

    Casablanca, le 7 mai 2017

    8 mai par ATTAC/CADTM Maroc

    http://www.anti-k.org/

    Autres articles en français de ATTAC/CADTM Maroc (87)

  • Gabes (Nawaat.tn)

    gabe.jpg

    Gabès-Reportage : Après 45 ans de pollution, les revendications se radicalisent

    Le 30 juin 2017 est la date butoir donnée par les habitants de Gabès au Groupe chimique tunisien pour cesser de rejeter le phosphogypse dans la mer. Avec le soutien des associations et collectifs locaux, les habitants prévoient d’organiser une grève générale, menacent de bloquer eux-mêmes le déversement, de fermer tout le complexe industriel, comme ils l’ont fait en 2013. Après 45 ans de pollution, les revendications se radicalisent. Reportage

    Le 30 juin 2017 est la date butoir donnée par les habitants de Gabès au Groupe chimique tunisien pour cesser de rejeter le phosphogypse dans la mer. Avec le soutien des associations et collectifs locaux, les habitants prévoient d’organiser une grève générale, menacent de bloquer eux-mêmes le déversement, de fermer tout le complexe industriel, comme ils l’ont fait en 2013. Après 45 ans de pollution, les revendications se radicalisent. Aujourd’hui, les Gabèsiens ne demandent pas seulement la diminution de la pollution, mais la fermeture progressive, voire immédiate, du groupe chimique.

    Face à la mer, à 200 mètres du groupe chimique, nous sommes à Chott Essalam. Les vagues d’un marron foncé s’échouent sur le sable radioactif constitué en partie de résidus de phosphogypse. « On l’appelle la mer chocolat ! », s’exclame avec ironie Mohamed Aoun, 40 ans, professeur universitaire. « Si vous passez par malchance par ici, vous devrez en rentrant frotter vos vêtements, votre peau et vos cheveux très prudemment car vous risquez de transporter avec vous des particules radioactives qui colleront pendant plus jours. C’est ainsi que les gens peuvent attraper des maladies graves comme le cancer », explique Mohamed, le ton grave. Les habitants de Chott Essalam, sont obligés de longer la plage toxique pour rejoindre la ville. Ils sont exposés quotidiennement à la radioactivité ce qui pourrait être à l’origine des maladies diverses dont ils se disent massivement victimes.

    Avec sa femme et ses deux enfants, Mohamed Aoun a choisi, depuis un peu plus d’un an, d’émigrer en France. « Je me considère comme un réfugié environnemental. Ma vie est devenue insupportable ici. Mes enfants ont grandi malades avec des complications respiratoires de plus en plus prononcées  » explique Mohamed avec regret.

    Juste à côté de lui, Hamadi Jmaii, 38 ans, peintre en bâtiment souvent au chômage, sort de sa poche, des photos de sa fille, Sonia, 20 ans. « Quand elle avait 14 ans, elle a eu une fièvre rare qui l’a complètement paralysée. Le médecin a dit que c’est peut-être causé par la pollution. Mais nous n’avons pas réussi à la soigner ni à prouver le lien avec le groupe chimique qui envahit nos maisons et nos corps. Maintenant, ça fait six ans que je me bats pour la fermeture de ce monstre  », raconte Hamadi en regardant les photos de sa fille. Amaigrie par la maladie, elle est incapable de bouger, de parler et de manger.

    Le monstre continue de rejeter ses déchets chimiques dans la mer. Des tonnes de phosphogypse s’entassent sur des kilomètres devant la plage. Ces rejets dans le golfe sont estimés à 10 à 12 000 tonnes/jour depuis plus de quatre décennies. Après la mobilisation de 2013, le groupe chimique a accepté de faire des analyses sur la terre, l’eau et l’air. « Nous avons demandé de faire les analyses dans les laboratoires de CRIIRAD. Mais ça été bloqué par la direction de la centrale chimique, qui a proposé un autre laboratoire faisant partie de son clan. Après le 14 janvier, pour casser les mouvements et les collectifs qui militent pour sa fermeture, le groupe chimique a créé sa propre société civile qui soutient ses décisions et parle de demi-mesures », explique Mohamed.

    Nous arrivons à l’oasis de Kharouba de Habib Chaairat, 53 ans. En 1975, le groupe chimique s’est installé en plein milieu de Nazla, Chott El Salam, limitrophe de l’une des rares oasis maritimes du monde. Les habitants de Nazla, qui ont vu leurs terrains et maisons confisqués, vivent la séparation établie entre le reste de l’oasis et les maisons survivantes au massacre comme une occupation. Au milieu d’un champ de tabac, Habib fixe du regard une cheminée qui émet une épaisse fumée verdâtre.

    « C’est la pire ! Vous voyez l’arrogance avec laquelle elle part dans l’air ? Elle pollue, elle tue, et brûle tout ce que nous avons dans toute impunité. L’indifférence de l’État, la cruauté de ce monstre a détruit nos terres, notre mer et tout ce que nous avons », s’indigne Habib. Il nous montre les dégâts de la pollution sur ses plantes grillées par la fumée toxique. « En 1975, Hédi Nouira [premier ministre] est venu nous annoncer l’installation du groupe chimique chez nous. Vous serez riches ! Vous aurez des belles maisons et des grandes voitures !, nous a-t-il dit. Nous lui avons expliqué que nous voulons juste faire développer notre agriculture et que les maisons en marbre et les voitures de luxe nous importent peu. Nous sommes des paysans ! Ils ont fini par nous expulser de nos maisons et ils continuent à nous pourrir la vie quotidiennement sans la moindre pitié ! », se rappelle Habib avec amertume. Il y a quelques années, ces champs étaient remplis de henné, de grenades et de pommes. L’oasis employait près de 200 personnes et nourrissait près de 400 familles. Gabès était l’un des principaux fournisseurs de plusieurs légumes et fruits.

    Le groupe chimique de Tunisie (GCT) est la quatrième entreprise nationale avec un chiffre d’affaire de 1.653 de milliards de dinars, en 2012. Le groupe chimique assure l’enrichissement des phosphates et leur transformation chimique en produits finis et semi-finis. Près de 200.000 personnes vivent de l’industrie des phosphates entre Gafsa, Gabès et Sfax. Ce qui pèse lourdement sur l’argumentaire des habitants qui demandent la fermeture du groupe chimique. Safouen Guebibia et Nader Chkiwa, militants de l’Association de protection des oasis de Chott El Salam, expliquent que le pire est encore à venir. « Le projet bientôt entamé à Sra Ouertane, qui consiste à exploiter la mine de phosphate, nous donnera le coup de grâce. La mine de Sra Ouertane contient de l’uranium utilisé dans l’industrie nucléaire. L’extraction d’uranium à partir de l’acide phosphorique nécessitera énormément d’eau et ses rejets sont, souvent, versés dans la mer. Les décideurs n’ont que deux choix : soit le port de Radès, soit celui de Gabes. Vu que nous sommes déjà morts, je pense que le choix sera facile à faire », ironise Safouen.

    La pollution atmosphérique et marine à Gabès est causée exclusivement par les rejets gazeux, souvent accompagnés de l’odeur étouffante de l’ammoniac, du SO2 et de l’acide sulfurique. « Les gens ici respirent des poisons. Souvent, ils étouffent durant leur sommeil. Ils n’ont même pas d’ambulance à proximité. Ceci sans parler des maladies causées par les rejets qui fragilisent le système immunitaire, notamment celui des enfants », explique Nader. Les rejets solides constitués principalement de phosphogypse sont jetés dans la mer. Après avoir promis, en 2013, d’arrêter de rejeter ses déchets dans la mer, le GCT se rétracte et refuse de reconnaître sa responsabilité dans la catastrophe écologique au golfe de Gabès.

    Sous un soleil de plomb, Mohamed Guerraoui, 49ans, pêcheur, nous attends au port de Gabes. Il est presque midi. Déserté par les poissons, le golf de Gabès, jadis, une rare pépinière marine, s’est transformé en une énorme décharge de phosphogypse. Aucun mouvement dans le port. Un groupe de cinq pêcheurs se penchent sur la couture d’un vieux filet. D’autres se reposent sous l’ombre d’un mur. La discussion porte sur le crabe qu’ils appellent Daech. « À cause de la destruction de l’écosystème, le crabe a envahit la mer. Il massacre tout ce qu’il trouve et surtout nos filets vides » se désole Mohamed. Pêcheur depuis plus de 20 ans, Mohamed est pessimiste. «  Il faut absolument fermer le groupe chimique ! La décision doit être prise indépendamment de toutes les conséquences. Une fois fermé, nous saurons avec l’aide de spécialistes ce que nous devons faire. Mais, continuer comme ça signifie une mort imminente ! » assure-t-il.

    Alors que le gouvernement a fini par céder aux revendications du mouvement ” Yezzi ” à Sfax et a décidé la fermeture de l’usine SIAPE, les Gabèsiens semblent au bout de leur patience. « Quand nous voyons ce qui se passe à Tatouine, l’expérience de Jemna, celle de Karkennah et la victoire de Sfax, nous ne pouvons que conclure une seule vérité : le pouvoir n’écoute les cris des marginaux que sous la pression de la rue. C’est justement ce que nous allons faire le 30 juin ! » promet Safouen.

    Henda Chennaoui

    http://nawaat.org

  • Aokas : Les habitants se mobilisent pour défendre la bande boisée (Béjaia)

    aookas

     

    Dans un appel, le comité citoyen pour la défense de la bande boisée d’Aokas, appelle la population à rejoindre massivement la marche de protestation prévue pour le Samedi 22 Avril 2017, qui prendra le départ à 9 heures de la place de la poste à Aokas, pour exiger l’annulation de toutes les concessions dans le cadre de l’investissement touristique et la restitution de la bande boisée à la collectivité.

    Le comité, dans son appel, rappelle les premières actions menées en 2016 par la population et l’implication des citoyens dans la sauvegarde du patrimoine et des potentialités touristiques a travers des pétitions, rassemblements , marches et correspondances adressées aux hautes autorités, dénonçant la construction en béton armé en plein bande boisée sans permis de construction avec la complicité des élus, des doléances qui demeurent lettres mortes, traduisant ainsi la volonté du pouvoir à décimer la population locale en multipliant les sources et causes des fléaux, maladies épidémies qui la ravagent, provoquant ainsi des cancers, troubles respiratoires, maladies cardiovasculaires…

    Le comité illustre la légitimité de son action par un arsenal juridique protégeant la bande boisée , notamment la loi N°12 relative à la protection et à la valorisation du littoral des  décrets exécutifs N°07-23 fixant les modalités de rétrocession ou de terrains situés à l’intérieur des zones d’expansion et sites touristiques et N°07-206 fixant les modalités de construction et d’occupation de sol sur la bande littorale, de l’occupation des parties naturelles bordant les plages et l’extension de la zone.

  • Face aux dominants, ATTAC Maroc répond par la réflexion et l’action (Attac Maroc)

     

    Face aux dominants, ATTAC Maroc répond par la réflexion et l’action

    Face aux dominants, ATTAC Maroc répond par la réflexion et l’action

    ATTAC Maroc, membre du réseau CADTM, a tenu les 8 et 9 avril, sa 13ème Université du printemps à Rabat. Chronique d’une rencontre à contre-courant.

    Il y avait de la fébrilité dans l’air au démarrage l’université. Le 8 avril au siège de la Fédération des travailleurs agricoles, à Rabat, plusieurs sièges étaient encore vides et les présents avaient du mal à démarrer les travaux. Le risque de la faible mobilisation des militant-E-s étaient dans les esprits, surtout dans avec un agenda militant chargé. Le contexte politique pesait, peut-être aussi. L’interdiction de la dernière Université à Marrakech avait laissait des traces. Et pourtant ; elles, ils étaient là, motivés et décidés à réussir cette rencontre de deux jours.

    Savoir dire « Non »

    Des militant-E-s venus des six villes ont fait le déplacement pour participer à cette Université pensée comme un pré-congrès. A la différence des précédentes universités, cette édition a été consacrée exclusivement à la réflexion sur les défis de l’association pour la prochaine période : stratégie, (ré)organisation, travail thématique, travail international avec les responsabilités au sein du Secrétariat international partagé (SIP) du réseau CADTM, le financement et la construction d’alliances possibles pour les années à venir.

    Last but not last, la réflexion sur l’axe transversal féministe au sein de l’association a été riche et nécessaire. Khadija Maâras, de la Commission du travail féministe d’ATTAC, a exposé les formes de machisme qui subsistent au sein de notre ONG et l’immense travail à parcourir sur cet axe fondamental. Toutes ces problématiques trouveront un écho au sein du congrès via les documents et décisions qui y seront discutés.

    Comme à l’accoutumé, ATTAC Maroc ne pouvait pas laisser cette occasion sans joindre la réflexion à l’action. La cinquantaine de militant-E-s présents ont tenu un sit-in devant le siège du parlement à Rabat pour dénoncer le refus des autorités de nous délivrer le récépissé depuis 2007. Cette action de terrain est le prolongement de la bataille juridique que nous menons pour l’obtention de ce document. Ceci étant, ATTAC Maroc demeure une association légale, ayant respectée toutes les démarches  administratives prévues par la loi marocaine sur les associations. Ce sit-in était une belle occasion pour illustrer notre slogan comme « mouvement d’éducation populaire, orientée vers l’action ».

    Cette situation juridique compliquée ne peut être expliquée par des quiproquos juridiques. C’est de l’ADN d’ATTAC Maroc qu’il s’agit. Depuis sa création, ATTAC Maroc a été à contre-courant. En tant qu’association qui fait la politique autrement, nous nous sommes opposés aux discours dominants. Aux « socialistes » marocains, nous avons dit Non aux privatisations (2001-2007). À « l’Etat », nous avons dit Non à l’absolutisme (2011-2013). Aux « islamistes », nous avons dit Non à l’austérité (2013-2017). Au nouveau « gouvernement des patrons », nous saurons trouver la réponse adéquate à cet Exécutif mêlant business et technocratie, sous la bénédiction de l’absolutisme et du FMI. Rendez-vous, donc, le 5 mai 2017 au 6ème congrès d’ATTAC Maroc…

     

    Salaheddine Lemaizi, ATTAC Maroc

  • Maroc : les couches populaires sous le double joug du microcrédit et du despotisme (CADTM)

    Photo : Souad Guennon
     
    Lorsqu’en 2011 est apparu au Maroc un vaste mouvement de lutte des victimes du microcrédit, composé majoritairement de femmes, plus particulièrement dans la région de Ouarzazate, l’association ATTAC CADTM Maroc a soutenu et accompagné ce combat.

    Elle a organisé plusieurs actions concrètes de soutien dont la caravane internationale de solidarité en avril 2014 qui a connu une large participation des organisations membres du réseau international du CADTM |1|, et publié des brochures et des dizaines d’articles afin de sensibiliser aux méfaits sociaux du système de microcrédit et de les dénoncer. L’Assemblée mondiale du réseau CADTM tenu à Tunis en avril 2016 a largement discuté le système du microcrédit, analysé ses causes et les ravages qu’il provoque à l’échelle des trois continents du Sud (l’Afrique, l’Asie et l’Amérique Latine), et a proposé des éléments d’alternatives. C’est une thématique qui est désormais l’une des priorités du réseau et de ses organisations, plus particulièrement dans ces trois continents. C’est dans cette optique que l’Assemblée a décidé d’organiser un séminaire international sur les femmes et la lutte contre le microcrédit et les dettes illégitimes à Bamako au Mali du 16 au 19 novembre 2017.

    ATTAC CADTM Maroc a également réalisé une étude dont la version en arabe a été publiée fin 2016 et la version en français sera publiée au courant du mois d’avril 2017. Intitulée « Le système de microcrédit au Maroc, quand les pauvres financent les riches », cette étude a été largement médiatisée à l’occasion du 8 mars 2017 et plus d’une trentaine de sites l’ont relayée, y compris celui du parti islamiste à la tête du gouvernement, ainsi qu’une chaine de télévision officielle. Les établissements de microcrédit y sont mis sur le banc des accusés pour leur voracité à réaliser les bénéfices sur le dos des victimes appauvries par les politiques néolibérales, en particulier des femmes.


    La Banque mondiale aggrave la pauvreté et offre les pauvres en pâture au capital financier

    Le Capital cherche à accumuler des bénéfices partout où il le peut y compris sur le dos des pauvres, qui, s’ils n’ont pas beaucoup d’argent, sont en revanche très nombreux. Le nombre de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour est estimé à 1,2 milliard, selon les données du PNUD pour 2014, et le nombre de personnes vivant dans une pauvreté multidimensionnelle (qui identifie les multiples privations subies par un individu ou un ménage en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie) est de 2,2 milliards. Les institutions financières mondiales, la Banque mondiale à leur tête, essayaient d’inventer des outils pour jeter ce grand nombre de personnes dans le moulin à produire du profit. Elles mettent alors en avant « l’inclusion financière », qui consiste à offrir des services financiers pour les pauvres notamment par le biais du microcrédit |2|. Ainsi, au début des années 1980, et avec la généralisation des programmes d’ajustement structurel qui ont approfondi la crise économique et sociale dans la majorité des pays du Sud, Muhammad Yunus a officiellement créé la Grameen Bank au Bangladesh en tant qu’institution bancaire fournissant des microcrédits aux pauvres exclus du système bancaire et contribuant ainsi à les intégrer dans le cercle du capital |3|. Depuis lors, les institutions de microcrédit se sont rapidement multipliées dans les pays sous-développés. Leur nombre atteignaient 1 045 en 2014 avec 112 millions de clients à faible revenu, dont 70 % de femmes, et un portefeuille de crédit de 87 milliards de dollars |4|.

    Année 2014 Prêts en milliards de dollars Millions de clients % femmes
    Amérique Latine et Caraïbes 40,6 21,6 65 %
    Asie de l’Est et pacifique 12,9 15,1 75 %
    Asie du Sud 12,8 64,1 92 %
    Europe de l’Est et Asie Centrale 11,3 3,5 44 %
    Afrique 8,2 5,3 75 %
    Moyen-Orient et Afrique du Nord 1,2 2,1 60 %
    TOTAL 87,0 111,7 69 %

    Les banques et les grandes sociétés financières internationales ont également accompagné cet essor pour obtenir leur part du gâteau, soit en accordant des prêts directs aux institutions de microcrédit, soit en créant leurs propres divisions de microcrédit. Le secteur du microcrédit est alors devenu une partie intégrante des marchés financiers. Les institutions de microcrédit accumulent des bénéfices, diversifient leurs activités de microfinance, et nombre d’entre elles se transforment en banques. Ainsi, le capital financier domine l’ensemble de l’activité du secteur de la microfinance. La Banque mondiale poursuit sa stratégie de bancarisation de nouveaux secteurs de la population |5| pour permettre au capital financier d’accélérer l’intégration des 2 milliards d’adultes dans le monde qui ne sont pas encore couverts par le système bancaire, dont la plupart sont des pauvres et des femmes, en élargissant le panier de services financiers aux transferts d’argent, assurances, factures de services publics (consommation d’eau, électricité, téléphone, etc.). Dans le même temps, elle préconise de réduire drastiquement le rôle de l’État dans la garantie des services publics en les déléguant au secteur privé capitaliste qui les transforme en marchandise. Les pauvres ont alors davantage de besoins monétaires, en particulier les femmes qui sont responsables de leurs foyers. Elles trouvent alors sur leur chemin les institutions de microcrédit qui avancent masquées sous couvert de lutte contre la pauvreté. La Banque mondiale, par ses politiques, crée des pauvres et les offre au capital financier qui leur sucent jusqu’au dernier sou.


    L’État marocain sauve le secteur du microcrédit de la crise et lui permet des taux d’intérêtabusifs pour garantir ses bénéfices

    Il est certain que la diffusion de l’étude de l’association ATTAC CADTM Maroc dérangera beaucoup les institutions de microcrédit dans notre pays. Jusqu’à présent, aucune d’elles n’a pu nier ou infirmer ce que la presse a publié. Les institutions de microcrédit ont commencé à émerger au milieu des années 1990, après dix ans de mise en œuvre du programme d’ajustement structurel, qui a provoqué des tragédies sociales profondes parmi les couches populaires. L’État a contribué à ce qu’elle se déclinent en tant qu’associations sans but lucratif, qui se limitent à la distribution de petites sommes ne pouvant excéder cinquante mille dirhams (5 000 euros) dont « l’objet est de permettre à des personnes économiquement faibles de créer ou de développer leur propre activité de production ou de service en vue d’assurer leur insertion économique » |6|. On compte actuellement 13 associations autorisées à exercer une activité de microcrédit au Maroc |7|, regroupées au sein d’une Fédération nationale des associations de micro-crédit (FNAM) |8|. Le nombre de leurs clients est estimé à 906 000 clients avec un portefeuille de prêts de 6 milliards de dirhams |9|. La Fondation al Amana Microfinance est à l’avant-garde du secteur marocain du microcrédit, suivie d’Atawfiq (liée à la Banque Populaire) et de l’association FONDEP (aujourd’hui appelée Albaraka). Ces trois institutions représentent à elles seules 82 % du nombre total des victimes du microcrédit au Maroc et 89 % du nombre total de prêts distribués.


    Tableau montrant les données des trois principales institutions de microcrédit au Maroc pour l’année 2015 |10|

    Institution Nbre de clients actifs % du Nbre total des clients Encours des prêts (Milliers de Dirhams) % du total des prêts
    AMANA 328 361 36 % 2 235 048 37 %
    ATAWFIQ 265 000 29 % 2 000 000 33 %
    ALBARAKA 144 000 16 % 1 127 000 19 %

    Depuis sa création, le secteur du microcrédit au Maroc a bénéficié du soutien d’institutions internationales telles que l’Agence des États-Unis pour le développement (USAID), l’Agence française de développement (AFD). Le Fonds Hassan II de microfinance, créé en 2000 a subventionné le secteur à hauteur de 100 Millions de DH (environ 10 millions d’euros). Cependant, dans le contexte de la crise financière mondiale de 2007 à 2008, le secteur connaitra une crise qui s’est manifestée principalement par la faillite de la seconde plus grande institution de microcrédit au Maroc, la fondation Zakoura. Cette faillite est comparée, dans un élan de compétitivité agressive, à celle de Corposol en Colombie en 1996 |11|.

    En effet, dans de nombreux pays, les défauts de paiement ont augmenté tandis que la taille des portefeuilles des institutions de microfinances a diminué. Certains pays comme le Nicaragua, la Bosnie-Herzégovine et l’Inde ont subi des crises bien plus profondes. Le Maroc a été intégré à ce dernier groupe. C’est ce qu’a révélé une étude publiée en 2014 par la Société financière internationale (SFI), l’organisation du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé |12|. Ce rapport a mis l’accent sur l’évolution de la crise du secteur de la microfinance au Maroc en se focalisant sur les trois principales institutions de microcrédit (al Amana Microfinance, Atawfiq et FONDEP (Albaraka) qui représentent, nous l’avons dit, près de 90 % du portefeuille de microfinance dans le pays. Voici deux graphiques qui illustrent clairement cette crise (page 13 du rapport) :


    Graphique 1 : portefeuille à risque supérieur à 30 jours et les radiations de créances

    Sans la fondation Zakoura, les trois plus importantes institutions de microfinance marocaines convergent vers les moyennes mondiales par rapport au portefeuille à risque supérieur à 30 jours et les radiations de créances.

    Graphique 2 : Rendement des actifs

    On voit bien que le rendement des actifs des principales institutions marocaines de microfinance est supérieur à ceux du Nicaragua et de la Bosnie (très élevés par rapport à la moyenne mondiale), et que leur chute, à l’exception de Zakoura, n’a pas atteint les niveaux moyens mondiaux, sauf épisodiquement en 2009 suivi d’une forte reprise en 2010.

    Cette crise, tout de même pas dramatique, était liée à l’exacerbation de la concurrence entre les grandes institutions de microcrédit, qui bénéficiaient au départ d’un fort soutien financier international et marocain, pour atteindre un maximum de pauvres qui, très affectés par la crise économique et sociale, ont commencé à faillir à leurs engagements de remboursement. Des défauts de paiement en ont entraîné d’autres. Les clients titulaires de plusieurs prêts représentaient près de la moitié de tous les défauts de paiement selon le rapport de la SFI.

    On peut constater que cette crise s’insère dans le même contexte des défauts de paiement des ménages à bas revenus qui ont commencé à se multiplier dès le début de l’année 2007 après l’éclatement de la crise des crédits hypothécaires (subprimes) aux États-Unis, suivis par d’autres en Irlande, au Royaume-Uni, en Espagne, à Chypre, dans plusieurs pays d’Europe centrale et de l’Est et, depuis 2011-2012, aux Pays-Bas. Les gouvernements se sont alors précipités pour sauver le système bancaire par des aides publiques directes et des garanties publiques aux banques entre les années 2008 et 2012, ce qui a fortement augmenté la dette publique |13|.

    Les gouvernants au Maroc vont aussi se précipiter pour sauver le secteur du microcrédit, d’autant plus que les rapports de la Banque mondiale ont salué la grande réussite de l’expérience marocaine dans la région MENA. L’étude de la SFI mentionnait que « la crise de la microfinance au Maroc se distingue également des autres pays du « panthéon de la crise » par le niveau de soutien apporté au secteur par le gouvernement marocain, les institutions de financement du développement, et d’autres acteurs. Ainsi, à la différence de l’Inde, où les banques ont supprimé le financement aux IMF pour faire face à la crise en Andhra Pradesh, les IMF marocaines n’ont pas été confrontées à un étranglement de la liquidité susceptible de prolonger et d’aggraver la crise. Plusieurs ont abordé la crise, dotées de financement à long terme et ont même été davantage soutenues par la création de JAIDA, un fonds dédié à la microfinance lancé en 2009 et bien positionné pour jouer le rôle essentiel de bailleur de fonds « de dernier ressort » (page 7).

    En effet, conformément à la coutume du système politique marocain, où la gestion des grandes questions délicates revient à la plus haute autorité du pays qui intervient directement pour donner un caractère effectif aux décisions et mobiliser tout le monde pour mettre en œuvre les Hautes Instructions, le Centre Mohammed VI de soutien au microcrédit |14| a été créé en 2007 pour superviser directement le processus de sauvetage du secteur de microcrédit. Des négociations en coulisses ont abouti à l’intégration de la fondation Zakoura à la bien plus solide Fondation Banque Populaire en 2008-2009. Ce qui a « aidé à éviter une catastrophe potentiellement plus grande » (SFI) dans le secteur, à couvrir sa faillite réelle et la présenter comme une fusion tranquille et ordinaire. Des fonds étrangers et locaux ont été mobilisés dans le fonds dit JAIDA |15|, qui a été fondé en 2007. La majeure partie de son capital (59 %) appartient à des organismes français et allemands, tandis que deux institutions publiques marocaines, la Caisse de dépôt et de gestion et Barid Al Maghrib (la Poste marocaine), détiennent les 41 % restants. Ses principales fonctions ont été de fournir un soutien financier et technique aux institutions de microcrédit, formant une plateforme pour attirer de nouveaux capitaux privés dans le secteur du microcrédit et améliorer la coordination des financiers. Par ailleurs, un programme de développement a été tracé conjointement entre les gouvernements américain et marocain et a réussi à assurer 15 millions de dollars d’assistance technique au secteur sur la période 2011–2013. Les banques commerciales privées ont également été encouragées à fournir des fonds et à créer leurs subdivisions de microcrédit et à partir de 2012, elles deviennent le bailleur majeur du secteur à raison de 80 %. Évidemment, elles recevront également leur part des bénéfices élevés générés par les pauvres en bas du processus.

    Depuis le début de la crise en 2006-07, la Banque centrale (Bank Al-Maghrib) est intervenue pour renforcer les mécanismes de contrôle des établissements de microcrédit et les procédures de recouvrement des prêts en défaillance. L’étude d’ATTAC CADTM Maroc a résumé ainsi cet accompagnement de la Banque Centrale aux institutions de microcrédit :

    « Alors que l’activité de ces institutions était limitée au cours des cinq premières années (1999 – 2004) à l’offre de microcrédits pour la création de petits projets, les catégories de crédits ont été diversifiées à partir d’avril 2004 afin d’inclure des crédits immobiliers (achat, construction ou rénovation de logements) et des crédits pour la fourniture d’eau et d’électricité. A partir de novembre 2007, il est devenu possible aux IMF d’agir en tant qu’intermédiaires entre les compagnies d’assurance et leurs clients les plus pauvres par la souscription de contrats d’assurance et de réassurance. En outre, il leur est devenu possible d’étendre les prêts aux microcrédits orientés vers la consommation et d’étendre leurs services financiers au transfert d’argent. En décembre 2012, un amendement significatif à la loi régissant le secteur de la microfinance au Maroc, a été introduit pour permettre aux associations de microcrédits de créer des banques ou de participer au capital de banques. Ces banques affiliées peuvent procéder à la distribution de microcrédits. Enfin, en janvier 2015, suite à un amendement à la loi bancaire, les associations de microcrédits sont devenues des établissements de crédit soumis aux procédures de contrôle régissant les établissements bancaires ».

    Ainsi, l’État marocain s’est mobilisé directement pour sauver le secteur du microcrédit. Celui-ci semble avoir dépassé sa crise. Cela révèle clairement le rôle de l’État dans l’acceptation de taux d’intérêt usuraires dans ce secteur. Les trois institutions – Amana, Albaraka et Al Tawfiq – font partie des 15 premières institutions de microfinance au monde, selon le rapport de la SFI. Mais ce dernier considère la formule juridique des institutions de microcrédit Maroc comme « un cas unique dans le monde », et « tant que les principales IMF restent organisées sous la forme d’ONG et non d’institutions détenues par des actionnaires, le secteur de microfinance marocain demeurera une anomalie mondiale, limitée dans sa capacité d’étendre sa portée ou son offre de services » (page 6 du rapport). Il insiste sur une « nouvelle dynamique de transformation institutionnelle » au bénéfice des institutions ou des sociétés par actions et afin que le capital financier puisse atteindre toutes les couches profondes de la société marocaine et ponctionner leurs maigres avoirs.


    Les couches populaires sous le double joug des dettes privées et publiques et du despotisme politique

    Le microcrédit destiné à des couches de populations appauvries et à faible revenu ou même sans revenu relève du système-dette qui broie toutes les catégories de la population pour accroitre les gains du capital financier. Comme nous l’avons déjà dit, les politiques néolibérales de la Banque mondiale mises en œuvre par nos gouvernants détruisent les services publics, le tissu productif, les possibilités d’emploi, réduisent le rôle de l’État et encouragent les investisseurs privés. Elles créent ainsi un large potentiel de clients de microcrédit, qui est estimé pour les cinq prochaines années à 3,2 millions de clients et 25 milliards dirhams de prêts (1,8 % du PIB).

    Plus généralement, les ménages marocains souffrent de la pression de dettes privées qui ne cessent d’augmenter, et qui atteignaient 282 milliards de dirhams (31 % du PIB) à fin décembre 2014 à raison de 38 600 dirhams par ménage. La part importante de la dette bancaire privée des ménages est composée de prêts au logement pour 64 % (181 milliards de dirhams) et 36 % (101 milliards de dirhams) de prêts à la consommation. À la fin de 2014, les banques avaient réalisé, en revanche, un bénéfice net de plus de 10 milliards de dirhams |16|.

    L’État poursuit son endettement public interne et externe, qui a considérablement augmenté, atteignant 810 milliards de dirhams (plus de 90 milliards dollar) qui constituent 82 % du PIB en fin 2015. Le paiement du service de la dette implique des programmes d’austérité qui approfondissent la pauvreté et les conditions de vie instables.

    Ainsi, les couches populaires et les salarié-e-s vivent sous un double joug : la tyrannie des institutions de microcrédit, des établissements de crédit à la consommation et des banques, qualifiée par Éric Toussaint de bancocratie |17|, et le despotisme politique spécifique à notre pays ou autocratie.

    En effet, et alors que l’État s’est mobilisé pour sauver les institutions de microcrédit, il a bafoué les droits des victimes de microcrédits (principalement des femmes) à créer leur association (son existence légale a été refusée par les autorités et ses deux leaders ont été poursuivis en justice), lutter contre les harcèlements des institutions de microcrédit, recourir aux tribunaux pour contester juridiquement la validité des contrats, etc. L’État a également utilisé ses serviteurs idéologiques pour mener une campagne contre les mobilisations des victimes et toutes les actions de solidarité pour les criminaliser.

    L’enquête d’ATTAC CADTM Maroc démontre dans sa partie dédiée à l’examen juridique des contrats de microcrédit que ceux-ci comportent de nombreux vices, tant dans la forme que dans le fond et sont donc illégaux et illégitimes. Ils sont donc susceptibles d’annulation devant les tribunaux. Les ménages clients des établissements de crédit de consommation souffrent certainement des mêmes conditions injustes imposées par ces institutions. Les tragédies des clients de ce secteur révèlent également qu’une partie importante des prêts à la consommation sont aussi illégaux et illégitimes. Ce qui nécessite une grande campagne de sensibilisation pour les dévoiler et les dénoncer.

    La Banque mondiale et l’État comptent poursuivre leur stratégie d’encouragement et de développement des institutions de microcrédit dans les cinq prochaines années pour atteindre 3 millions de clients. C’est pourquoi il est urgent de sensibiliser ces victimes potentielles qui risquent d’être broyées par ces institutions seulement animées de l’appétit du lucre, et de les aider à s’organiser.


    Quelques pistes d’alternatives

    Le microcrédit est une partie intégrante du système-dette mis en place par le capital mondial. « Le système de la dette publique tel qu’il fonctionne dans le capitalisme constitue un mécanisme permanent de transfert de richesses produites par le peuple vers la classe capitaliste, ainsi qu’un puissant outil de domination politique au Nord comme au Sud puisque la dette sert de prétexte à la mise en œuvre de politiques d’austérité » |18|. Aussi, la lutte contre le microcrédit doit être liée à la grande bataille contre la dette publique. Nous demandons de suspendre le remboursement de cette dernière jusqu’à la réalisation d’un audit citoyen qui en déterminera les parties odieuses, illégitimes, illégales et insoutenables. Nous soutenons les revendications des victimes du microcrédit et leur mobilisation pour cesser de payer leurs dettes jusqu’à ce que la légitimité des contrats, les taux d’intérêt usuraires imposés par les institutions de microcrédit et la soutenabilité des prêts soient réexaminés par un collectif citoyen. Différentes expériences internationales, impliquant notamment les femmes, peuvent être sources d’inspiration. L’exemple du CADD (Cercle d’auto-promotion pour un développement durable) au Bénin en Afrique de l’Ouest, organisation membre du réseau CADTM depuis 2006, constitue une expérience à méditer. L’originalité du CADD tient à sa finalité de permettre aux femmes de vivre dans la dignité, et c’est dans l’organisation autogérée et solidaire de leur financement et des projets qu’elles ont mis sur pied qu’elles ont compris la nécessité de lutter pour l’émancipation et le changement radical. « Parmi les revendications de ces femmes, on trouve l’annulation de la dette du Tiers Monde, la fin des conditionnalités imposées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), le droit à la souveraineté alimentaire, l’instauration de nouvelles règles du commerce international équitables pour un développement durable » |19|.

    Globalement, nous militons pour l’instauration d’un service public du crédit structuré en un réseau de petites implantations proches des citoyens. « Le métier de la banque est trop essentiel à l’économie pour être laissé entre les mains du secteur privé, il est donc nécessaire de socialiser le secteur bancaire (ce qui implique son expropriation) et de le placer sous contrôle citoyen (des salariés des banques, des clients, des associations et des représentants des acteurs publics locaux), car il doit être soumis aux règles d’un service public et les revenus que son activité génère doivent être utilisés pour le bien commun… La socialisation des banques et l’annulation/répudiation des dettes illégitimes doivent s’inscrire dans un programme plus large » |20| d’émancipation sociale. Et la priorité absolue est de résister aux mesures antisociales d’austérité, de privatisation et de démantèlement des services publics par des mobilisations, des initiatives de rassemblements et de collectifs, des campagnes de solidarité avec toutes les contestations et résistances populaires.

     

    Notes

    |1| Souad Guennoun. Vidéo de la caravane internationale de Ouarzazate 2014. http://www.cadtm.org/Caravane-inter…

    |2| Pauline Imbach. Le microcrédit, un outil pour insérer les plus pauvres dans le système bancaire. Août 2014. http://www.cadtm.org/Le-microcredit…

    |3| Denise Comanne. Muhammad Yunus : prix Nobel de l’ambiguïté ou du cynisme ? mars 2009. http://www.cadtm.org/Muhammad-Yunus…

    |4| http://www.convergences.org/wp-cont…

    |5| Lucile Daumas. Micro-crédit, macro-arnaque. Novembre 2013. http://www.cadtm.org/spip.php?page=…

    |6| Loi n° 18-97 relative au microcrédit. Avril 1999. http://www.sgg.gov.ma/BO/Fr/1999/BO…

    |7| Ce nombre est divisé en :
    - 4 grandes associations nationales : Association AL Amana pour la Promotion des Microentreprises (ALAMANA), ATTAWFIQ MICRO FINANCE (liée au groupe de la Banque populaire), Fondation pour le Développement Local et le Partenariat (FONDEP) devenue AL BARAKA, et Fondation « ARDI » (liée à la banque Crédit agricole).
    - 3 associations à dimensions régionales : Al Karama pour le Micro-Crédit (AL KARAMA), Institution Marocaine d’Appui à la Micro-Entreprise (INMAA), et Association Marocaine de Solidarité Sans Frontière (AMSSF).
    - 5 associations locales : Association Ismailia pour le Micro-Crédit (AIMC), Association Marocaine Oued Serou pour le Micro-Crédit (AMOS), Association Tétouanaise des Initiatives Sociaux- Professionnelles (ATIL), Fondation Micro Crédits du Nord, et association TAWADA.
    - 1 association (BAB RIZK JAMEEL) filière de BAB RIZK JAMEEL internationale.

    |8| Laila Bennis. Les Institutions De La Microfinance Entre La Responsabilité Sociale Et La Performance Financière : Cas Des Associations De Micro-Crédits. Janvier 2016. Ibn Tofail University. http://eujournal.org/index.php/esj/…

    |9| Les données de l’institution Amana pour l’année 2015. http://www.alamana.org.ma/medias/ra…

    |10| Sources : site d’Amana http://www.alamana.org.ma/, site d’Atawfiq http://www.fbpmc.ma, et site Al Barakahttp://www.albaraka.ma/.

    |11| Cette institution de microfinance avait atteint, de 1988 (date de sa création) à 1994, un nombre considérable de clients à un rythme surpassant celui de bon nombre de ses pairs d’Amérique Latine et a été liquidée en 1996. https://www.microfinancegateway.org…

    |12| « Sortie de la crise du secteur de la microfinance au Maroc : des interventions opportunes et efficaces ». http://www.ifc.org/wps/wcm/connect/…

    |13| Eric Toussaint. 2007-2017 : Les causes d’une crise financière qui a déjà 10 ans. Mars 2017. http://www.cadtm.org/2007-2017-Les-…

    |14| Centre Mohamed VI de soutien à la microfinance solidaire. http://www.cm6-microfinance.ma/fr/d…

    |15| « Le fonds JAIDA est né de la volonté de grandes institutions de soutenir efficacement et durablement le secteur de la microfinance. Jaida traduit ainsi l’engagement de contribuer à la structuration du secteur de la microfinance grâce au soutien de la CDG fondateur et actionnaire de référence, et de développer des synergies entre les institutionnels grâce à l’appui des actionnaires fondateur, la KfW, la CDC et l’AFD. Ce tour de table prestigieux a été élargi en 2010 à un partenaire stratégique, le groupe Barid Al Maghrib, acteur de référence du low income banking ». JAÏDA a obtenu son agrément en tant que société de financement et a commencé ses activités en Avril 2007. http://www.microfinance.ma/wp-conte….

    |16| Banque centrale marocaine. RAPPORT ANNUEL SUR LA SUPERVISION BANCAIRE. – Evolution de l’endettement bancaire des ménages. Page 81. http://www.bkam.ma/Supervision-banc… .

    |17| Éric Toussaint. Bancocratie. Juin 2014. http://www.cadtm.org/Bancocratie

    |18| Éric Toussaint. Bancrocratie. Éditions Aden. Page 21.

    |19| Renaud Vivien. Le CADD : micro-crédit et lutte politique. Mars 2007. Page 64. http://www.cetim.ch/legacy/fr/docum…

    |20| Éric Toussaint, op.cit. Page 21

    Auteur.e

     
    Omar Azikisecrétaire général d’ATTAC/CADTM
    CADTM le 5 avril par Omar Aziki
     

    Autres articles en français de Omar Aziki (15)

  • Maroc : Zones franches (CADTM)

    arton14652-2a797.png

    Libéralisation de l’économie et des conditions de travail.

    Du nord au sud du Maroc, nous vivons une conquête « coloniale » d’un genre nouveau par le pouvoir du capital-financier-supra-national-international pour s’approprier ce qui ne l’a pas encore été : terres, mers, forêts, sols, air, vent, soleil… Domaines qui étaient jusque-là encore préservés. Une rapidité incroyable… D’autant plus accélérée que le Maroc se prépare à recevoir la COP 22 à Marrakech (ndlr : La COP22 s’est déroulée du 7 au 18 novembre 2016) et veut être reconnu (par les pays du Nord) comme modèle pour les pays du Sud avec de grands projets dits « verts ». Ce greenwashing officiel offre au capitalisme, en plus des ressources naturelles, une main d’oeuvre exploitable et corvéable à merci.

    Fenêtre sur les dictatures invisibles
    La mère qui se sacrifie exerce la dictature de l’asservissement.
    L’ami attentionné exerce la dictature de la faveur.
    La charité exerce la dictature de la dette.
    Le libre marché te permet d’accepter les prix qu’on t’impose.
    La liberté d’opinion te permet d’écouter ceux qui émettent des avis en ton nom.
    Le droit de vote te permet de choisir la sauce à laquelle tu seras mangé.

    Eduardo Galéano – (Montevideo 1940-2015)

    Les grands patrons agricoles au Maroc comme en Europe sont en compétition pour conquérir les parts de marché pour écouler leurs produits agricoles industriels bourrés de pesticides et génétiquement suspects. Leurs gouvernements respectifs les soutiennent par l’adoption du modèle agro-exportateur productiviste aux multiples effets destructeurs sur la paysannerie, les liens ruraux, les cultures de subsistance, la qualité alimentaire, et l’environnement.

    Nous devons refuser ce modèle de l’agrobusiness et recouvrer notre souveraineté alimentaire et notre plein droit de produire nos produits alimentaires de base sur nos terres. Pour cela, nous devons mener des combats collectifs à l’échelle mondiale, régionale et locale dans des réseaux, des collectifs, des coordinations, etc. regroupant ouvriers, ouvrières, paysans, consommateurs et tous les militants et les militantes de la cause populaire.


    Le libre marché permet d’affamer les peuples

    Alors que les libertés syndicales et le droit de grève sont menacés, le gouvernement marocain annonce le retrait de la caisse de compensation et le gel des salaires déjà bien maigres pour faire face à la cherté de la vie. Il poursuit la privatisation et le démantèlement des secteurs publics et sociaux de base, la mise à mort de l’agriculture paysanne locale au profit du secteur privé : un immense agrobusiness destiné à l’exportation. Pour cela, il met en place les politiques dictées et imposées par la Banque mondiale, le FMI, l’OMC. Il favorise l’accaparement des richesses du Maroc, fait augmenter la dette et prépare le pays à une ouverture totale au capital international.


    Luttes sociales, division syndicale, répression… La dette sociale s’allonge encore et encore

    Après une année de lutte avec diverses formes de mobilisations locales, régionales et nationales des enseignant.es stagiaires des centres régionaux d’Éducation et de Formation, le bras de fer se poursuit contre les réformes. Cela pour défendre l’enseignement public face à un gouvernement qui n’a rien à promettre d’autre… que la matraque… |1| sans qu’il réussisse à stopper cette marée humaine, jeune, joyeuse et rebelle.

    Les luttes des enseignants stagiaires n’ont pas empêché la casse imposée (par la BM et FMI) de l’enseignement public. Cela pendant qu’écoles, lycées et instituts privés de label international se délocalisent, se multiplient et se concurrencent pour s’arracher la formation des jeunes élèves, étudiants, élites des classes riches formatées aux normes du capitalisme prédateur. Le coût de la scolarité endette à vie les familles qui rêvent d’un avenir radieux pour leur progéniture, convaincues que l’enseignement public gratuit ne mène qu’au chômage et à la misère. La longue lutte des « étudiants chômeurs » en est la preuve. Elle qui se poursuit depuis les années dites d’austérité, quand l’État se préparait aux privatisations et n’embauchait
    plus dans le service public. Car il faut d’abord payer les dettes alors que les caisses de l’État sont vides, de plus en plus vides… |2| et les quelques paniers distribués par le « roi des pauvres » ne suffisent pas à soulager la misère et apaiser la faim de son peuple.


    « La charité exerce la dictature de la dette »

    Les disparités se creusent dans un Maroc à une seule vitesse : marche ou crève. C’est la loi du plus fort dans une planète devenue marchandise, de plus en plus inaccessible pour le plus grand nombre des laissés-pour-compte que le capital financier achève par le crédit, et le microcrédit : petit-crédit, pour soigner, scolariser, monter un petit projet pour survivre… Les nombreuses victimes sont majoritairement femmes, analphabètes, malades… ne pouvant bénéficier d’aucun service social de base, exclues du moindre droit à l’enseignement, à la santé, que l’État doit à ses citoyens. |3|


    Sous prétextes que « les entreprises supportent des charges accablantes au Nord », elles viennent exploiter le Sud

    Elles se délocalisent dans leurs anciennes colonies. La crise du capitalisme international n’est qu’un nouveau prétexte pour accumuler plus, exploiter sans entrave avec la garantie que les gouvernements du Sud au pouvoir sauront assurer et faire fructifier les profits des multinationales, voire même les aider à les rapatrier au Panama : dernier scandale d’évasion de capitaux impliquant la monarchie marocaine. Le surnommé « roi des pauvres », compte parmi les plus riches de ce monde. Le peuple a eu beau crier « Mais où est donc passé l’argent du peuple ? À Panama et dans les fêtes », le scandale a été étouffé à coups de bâton, une fois de plus, et les affaires continuent de plus belles.


    Nouveaux Eldorados : les zones franches industrielles

    Des contrats en masse |4|, le ministre de l’Industrie invite les multinationales |5| à investir les nouvelles zones franches, leur garantissant un impôt à 0 %. Industrie textile, automobile, aéronautique et autres sont invitées à venir exploiter généreusement une main d’oeuvre marocaine jeune, hautement diplômée, non syndiquée et sans droit.


    Politiques anti-populaires, austérité, répression, division et bureaucratie syndicale pour prévenir les mobilisations et luttes ouvrières

    Au nord, dans la zone industrielle de Tanger où sont installées des usines multinationales, les luttes ouvrières ont éclaté en février 2015 pour arracher des droits élémentaires : l’application du code du travail et le droit syndical. Une nouvelle génération d’ouvriers, jeunes, formés, conscients est au combat.


    Zones franches de Tanger, zones de non-droit : les luttes ouvrières s’organisent

    Cette zone, érigée à l’extérieur de la ville, modèle une nouvelle exploitation ouvrière au-dessus des lois, des droits, des territoires et des frontières. Le 1er mai 2015 à Tanger, passant outre les consignes des bureaucraties syndicales, les militants qui ont manifesté pour faire entendre leurs revendications ont été sauvagement dispersés et tabassés. Pourtant la lutte syndicale menée par les ouvriers de la société américaine ECI, fabricant des câbles électriques pour voitures et appareils électroniques – située dans zone franche de Tanger Automotive – a obligé la direction de la société américaine à négocier et indemniser les ouvriers licenciés. Une autre lutte ouvrière importante a éclaté dans la même zone industrielle à l’usine Renault-Nissan qui exploite 6 000 travailleurs. Cette usine française et à capitaux marocains, montée en 2012, a été la première usine installée dans la toute nouvelle zone industrielle de Tanger, à proximité du nouveau port. Destinée à monter les voitures pour le marché africain et européen, elle fait des bénéfices juteux, mais les ouvriers n’en tirent aucun profit. Les conditions de travail y sont déplorables et les salaires très bas. Le conflit a éclaté quand les ouvriers syndiqués à l’UMT |6| ont dénoncé leurs conditions de travail et menacé d’entrer en grève pour l’application de leurs droits. Sur les 6 000 ouvriers, plus de 600 se sont syndiqués et ont appelé à deux jours de grève. Face à la détermination et l’unité des travailleurs, la direction de Renault a été obligée d’ouvrir des négociations.

    La crise du capitalisme international n’est qu’un nouveau prétexte pour accumuler plus et exploiter sans entrave

    Agadir, dans le sud, est une autre région qui connaît des luttes ouvrières nombreuses et importantes. Les résistances ont lieu dans l’agriculture et la pêche contre le Plan Maroc vert et le Plan Halieutis dont le but est d’ouvrir ces secteurs vitaux à la concurrence et au capital international. Les attaques contre le droit syndical sont des pratiques courantes dans toutes les grandes entreprises capitalistes étrangères qui « investissent » au Maroc. Dans le secteur de l’agrobusiness ce sont des groupes français (Soprofel où des ouvriers mènent une lutte contre leur licenciement, Azura…), espagnols (Donna export, Emporio Verde…) et marocains (Bennani Smires, Kabbage…).

    La société états-unienne « Atlas Berry Farms » installée à Larache au nord et à Agadir au sud, produit fraises et myrtilles destinées exclusivement à l’export. Un bureau syndical s’est constitué en juin 2013 dans le cadre de la Fédération nationale du secteur agricole à Agadir. Les responsables d’Atlas Berry Farms se sont déchaînés sur les syndicalistes en :

    - imposant un contrat CDD d’un mois aux ouvriers sans leur consentement.

    - faisant appel aux autorités locales et à la gendarmerie qui sont venues à la ferme pour établir des PV contre les ouvriers, après les avoir menacés et même agressés. 25 ouvriers ont été licenciés. Après plusieurs grèves et sit-in les ouvriers ont été indemnisés mais le syndicat n’existe plus dans cette société. Les investisseurs étrangers imposent leur loi, celle du plus fort. Au Maroc ils sont soutenus et bénéficient de la complicité des autorités et de l’inspection du travail.

    « Le libre marché te permet d’accepter les prix qu’on t’impose. »


    Dette coloniale et dette sociale : deux faces d’une même médaille

    Pendant et après la guerre, le Nord venait recruter dans ses anciennes colonies du Sud la main d’oeuvre corvéable à merci, sans droit, sans lois, sans syndicats, pour effectuer les travaux les plus pénibles : mines, automobile, etc. Ils étaient logés-entassés dans les lugubres foyers type Sonacotra… Ensuite, quand les ouvriers survivaient, ils étaient renvoyés sans retraites, ni indemnités, usés, vieux, seuls, analphabètes, silicosés |7|. Certains sont retournés au pays, soutenus par les syndicats en France, ils ont pu arracher quelques sous en guise de reconnaissances, mais pas leurs droits. Dans la région de Ouarzazate, les mineurs d’Imini sont soutenus par ces anciens mineurs.

    Les investisseurs étrangers imposent leur loi, celle du plus fort. Au Maroc, ils sont soutenus et bénéficient de la complicité des autorités et de l’inspection du travail

    Au Maroc, les gisements de phosphate étaient exploités par de puissantes sociétés françaises qui, après l’indépendance, après avoir changé de nom, ont été reprises par les puissants du pouvoir marocain. À Imider, les habitants du village poursuivent la résistance contre une société appartenant au roi, qui non seulement exploite la mine, pollue l’eau, la terre, le village et n’offre aucun travail aux jeunes, mais les poussent à abandonner leur terre. La population d’Imider a organisé un sit-in permanent depuis 5 ans contre une mine d’argent, appartenant à la Holding Royal SNI. Celle-ci assèche leur nappe phréatique, pollue leur environnement et spolie leurs richesses minérales sans investir localement.

    Imider, une population prise en otage

    La lutte des habitants est un exemple concret de la poursuite du pillage des ressources naturelles, de l’exploitation des travailleurs, de l’absence du moindre droit, de l’appauvrissement de la population, de la dépossession de ses terres et de ses cultures. Une situation qui se perpétue de la colonisation à l’après colonisation et devient encore plus brutale avec l’ère des nouvelles technologies, de la modernité et de l’écologie, prônée par les tenants du capital financier mondialisé. Les néolibéraux n’ont plus de nation, ou plutôt ont une seule nation : le capital, l’exploitation et l’accumulation sans fin de tout et partout.

    Plus de concentration de richesse, plus de pauvres, plus de dettes…

    La concentration du pouvoir politique, économique, financier, qui se veut pouvoir sacralisé, ne fait qu’aggraver la crise et converger les luttes de divers secteurs et régions. Partout de grands projets urbains onéreux, souvent inutiles, profitent aux grands trusts internationaux et barons nationaux, endettent toujours plus le pays, exproprient les habitants de leurs quartiers voués à la démolition. Les petits paysans sont ruinés et chassés de leurs terres. Les usines ferment et licencient les ouvriers. Toutes et tous vont faire l’amère expérience de la dette, ou comment devenir encore plus pauvres… Quand l’État n’assure plus les droits sociaux de base à ses citoyens : éducation, santé, logement, les droits élémentaires, les équipements sociaux de base… crédit et microcrédit enfoncent les populations dans l’esclavage de la dette.

    Cet article est extrait du magazine du CADTM : Les Autres Voix de la Planète

    Initialement publié sur http://www.cadtm.org/Maroc-Zones-franches

    le 23 mars par Souad Guennoun

    http://www.anti-k.org/

    Notes:

    |1| http://attacmaroc.org/fr/2016/01/23…

    |2| http://www.banquemondiale.org/f r/news/press-release/2012/05/30/a-more-coherent-social-protection-system-inmorocco : Nouveau rapport stratégique de la Banque mondiale sur la protection sociale : Rabat, le 30 mai 2012.
    Un quart de la population marocaine, soit 8,5 millions de personnes, est vulnérable à la pauvreté absolue. Nadine Poupart, Économiste Senior auprès de la Banque mondiale et Coordinatrice pour le développement humain au Maroc déclare à ce sujet qu’« Au Maroc, d’importantes disparités géographiques existent en matière de pauvreté. La pauvreté rurale est plus de trois fois plus élevée que la pauvreté urbaine, (…) 80 % de la population rurale travaille en auto-emploi ou dans un emploi non rémunéré ».

    |3| Voir témoignages vidéo caravane internationale des femmes contre le microcrédit cadtm.org

    |4| http://telquel.ma/2016/07/04/indust…

    |5| http://telquel.ma/2016/07/05/nouvel…

    |6| UMT : Union Marocaine du Travail, 1er syndicat des travailleurs marocains après l’indépendance en 1955

    |7| La silicose est une maladie des poumons due à une inhalation prolongée de poussière de silice. Elle atteint surtout les ouvriers qui travaillent dans les mines de charbon.

  • Soja, la Tunisie importe les OGM (Nawaat.tn)

    OGM4.jpg

    Dans un rapport publié fin février 2017, le Foreign Agricultural Service (FSA) du département agricole américain (USDA) prévoit une augmentation de l’importation de soja en Tunisie « pour répondre à la demande croissante du secteur de transformation » .

    Maintenant que Carthage Grains, la seule société qui s’occupe du concassage du soja, a augmenté ses capacités à transformer les graines et qu’une nouvelle unité d’extrusion est en cours de construction à la Société de nutrition animale (SNA), la transformation des graines de soja importées en tourteaux destinés au secteur avicole et en huile destinée à la consommation humaine peut passer à la vitesse supérieure.  Alors que la plus grande partie de soja est génétiquement modifié et que la Tunisie n’a toujours pas de législation concernant les OGM, le pays compte augmenter les importations de ce produit.

    A l’échelle mondiale, le tourteau de soja constitue le premier ingrédient dans les aliments pour animaux tandis que l’huile de soja compte parmi les huiles alimentaires les plus utilisées. Idem en Tunisie, où 546 000 mille tonnes ont été importées l’année dernière, selon l’USDA. Si le pays ne produit pas cette légumineuse riche en protéines et facile à digérer pour les animaux, c’est une question de ressources en eau et de rentabilité, explique Hamadi Ben Salah, ancien chef du laboratoire des grandes cultures à l’INRAT. Ben Salah précise que « le soja est une culture estivale, les conditions en Tunisie sont favorables à cette culture, mais en irrigué, la disponibilité de l’eau est très limitée. De ce fait la culture n’est pas économiquement rentable » .

    L’USDA prévoit une importation de 600 000 milles tonnes de soja pour la saison 2016-2017 et de 640 000 milles tonnes pour 2017-2018. Le rapport rappelle que la politique tunisienne en matière d’oléagineux vise à diversifier les variétés de tourteaux importées à travers « une approche axée sur les prix » . Aussi elle vise à développer la production nationale de colza, tournesol et de plantes légumineuses. Car, « à part l’huile d’olive, la production des huiles à graines oléagineuses en Tunisie reste insignifiante malgré les efforts du ministère de l’Agriculture pour encourager les agriculteurs à cultiver colza et tournesol afin de diversifier la production de graines oléagineuses », constate le rapport.

    Tourteau de soja pour le secteur avicole

    Hamadi Ben Salah fait partie d’une équipe de chercheurs qui a mené une étude, encore non publiée, avec des recommandations pour organiser le secteur des cultures légumineuses. Il nous précise qu’ « il y a d’autres cultures qui peuvent se substituer partiellement au tourteau de soja comme les fèves, mais les superficies ne sont pas très importantes à cause de la fluctuation des prix et le rendement peu élevé » . En fait, Carthage Grains dispose d’un accès continu de la culture en question, ce qui n’est pas le cas pour les fèves. D’ailleurs, le contenu nutritif de soja est plus convenable pour les animaux, étant riche en protéines (environ 45% par rapport à 20% pour les fèves). De ce fait, la majorité de tourteaux importés (70% d’après l’USDA) sont destinés au secteur avicole.

    Huile de soja pour cuisiner

    Alors que l’huile d’olive est de loin la première huile produite et consommée en Tunisie, la consommation nationale est en baisse car les prix relativement élevés sont largement déterminés par la demande du marché européen. Entre-temps, le gouvernement a réduit, et dans certains cas a supprimé, les droits de douanes et les taxes sur d’autres huiles alimentaires comme les huiles de soja, de palme et de maïs.

    Ben Salah explique que le choix des consommateurs est dicté par la politique des prix. Une politique dont la priorité est l’exportation de l’huile d’olive. En 2015, l’Observatoire national de l’agriculture (ONAGRI, sous tutelle du ministère de l’Agriculture) avait déjà souligné qu’ « en voulant protéger le pouvoir d’achat des couches sociales les plus défavorisées par la subvention de certains produits de base notamment les céréales et autres produits importés tels les huiles de graines (soja, maïs, tournesol, etc.) et le sucre, l’Etat n’a-t-il pas, lui aussi accordé des subventions aux producteurs étrangers de graines et des huiles oléagineuses ?» Et de prévoir l’aggravation de cette tendance jusqu’en 2025, car la Tunisie se positionne au-dessus de la moyenne internationale en termes de consommation par habitant d’huiles végétales avec une augmentation annuelle de 2,21%.

    Le soja, aux dépens de la souveraineté alimentaire

    En supprimant les droits douaniers et en important en quantités croissantes des huiles alimentaires, la Tunisie aggrave sa dépendance dans le secteur des graines oléagineuses. D’ailleurs, le gouvernement compte continuer à subventionner l’huile alimentaire dans les années à venir, comme nous explique l’USDA. Plus grave, mais le rapport ne le mentionne pas, le pays continuera à importer du soja argentin, américain, ou brésilien, génétiquement modifié. L’Europe, pendant longtemps réticente à l’importation des organismes génétiquement modifiés (OGM), en importe désormais des dizaines de milliers tonnes chaque année pour l’alimentation des animaux. Alors que la Tunisie n’a toujours pas de loi spécifique concernant les OGM et qu’elle les importe selon les mêmes standards que les produits conventionnels, une éventuelle législation risque de se conformer au modèle appliqué par son premier partenaire cormmercial, l’Union européenne. A moins que la récente Unité de détection des OGM de la Banque nationale des gènes puisse œuvrer pour une réglementation qui protège le pays des risques biotechnologiques.

    Vanessa Szakal

    Vanessa studied French, Spanish, and Arabic at the University of Washington in Seattle. She currently interns at Nawaat where she is able to pursue her interests in news media and the universal right to access to information.
     
     
    Et aussi:
  • Tunisie : les ouvrières du textile décidées à faire valoir leurs droits (TV5)


    Ouvrières d’une usine textile près de Tunis
    Ouvrières d’une usine textile près de Tunis
    Dag Terje Filip Endresen - Wikicommons

    Des ouvrières qui portent plainte contre leur ancien employeur belge. D’autres qui se regroupent en autogestion pour maintenir leur usine en activité. Dans l’industrie textile, pilier de l’économie tunisienne, mise à mal par les soubresauts sociaux et politiques, les ouvrières, galvanisées par la révolution, sont décidées à se battre. Une bonne nouvelle en arrière plan des "fashion weeks" qui se succèdent en cette fin d'hiver 2016, à Paris et ailleurs.

    Si les ouvrières tunisiennes du textile cousent pour les enseignes internationales, peu d’entre elles peuvent s’offrir ces vêtements. La confection textile a beau représenter une part importante de l’industrie, la concurrence s’y fait aussi au dépend des employés et de leur salaires. En 2013 une entreprise de textile belge a fermé mettant en chômage 2500 personnes. Plus de 300 se sont regroupées pour porter plainte. Une affaire qui illustre bien les non-sens et la précarité du monde du textile.

    En Tunisie, les fripes sont une institution. On y va en famille, entre amis ou seul, pour trouver des vêtements de seconde main. La fouille est rythmée par les voix fortes des vendeurs qui haranguent les acheteurs : "Dinar! Dinar! Alfïne!" Un ou deux dinars, cinquante centimes et un euro.
     
    Si les adultes cherchent plutôt un vêtement fonctionnel à un prix économique, les jeunes préfèrent les marques de prêt à porter internationales. C'est que peu de grandes enseignes ont pignon sur rue en Tunisie et que les prix sont exorbitants, par rapport au salaire moyen.

    Pourtant certains de ces vêtements ont parfois été confectionnés en Tunisie, avant d'être envoyés en Europe, puis vendus dans des grandes enseignes pour enfin revenir sur les étals des fripes tunisiennes.
     
    En Tunisie, en 2014, le secteur du textile et de la confection constituait le tiers des entreprises industrielles du pays, soit 34% des emplois de l'industrie manufacturière, selon l'Agence de la Promotion de l'Industrie et de l'Innovation.

    La région de Monastir  (à 162 kms au Sud de Tunis), sur la côté ouest du pays, rassemble un quart des industries du secteur. C'était le cas de plusieurs filiales d'un groupe textile belge, JBG, qui a fermé en 2013, mettant au chômage prés de 2500 employés.

    L'affaire JBG

    Emna Saidi a travaillé 27 ans pour JBG. Avant la fermeture elle était au contrôle final, pour vérifier qu’il n’y a pas de malfaçons. " Il y avait toujours une demande forte de rendement, un salaire faible et peu de droits..." se rappelle-t-elle. Du jour au lendemain, les employés se retrouvaient "dans la rue, sans salaire, indemnité ou prime." Aujourd'hui, elle ne travaille plus, et a des problèmes au dos et aux bras dus à son travail.
     
    Elle qui a travaillé cinq jours par semaine de 7h à 16h30 et le samedi matin, "avec 30 minutes de pause dans la rue pour déjeuner, été comme hiver", ne comprend pas comment le patron a pu partir en laissant derrière lui des employés qui travaillé pour lui depuis des années.

    Avec 310 autres employés du groupe, Emna a décidé d'aller obtenir ses droits en justice et a porté plainte contre l'entreprise, soutenu par le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES). Naser Farhat fait partie du groupe. Lui a travaillé 27 ans pour JBG comme gardien et chauffeur. Son visage fermé, ses yeux cernés, son expression de colère, laissent comprendre que même si le temps passe, il n'oublie pas. Il a été floué et se retrouve lui aussi sans activité. "Beaucoup d'entre nous sont trop âgés pour être employés ailleurs. Il y a bien la récolte des olives mais moi je suis cardiaque..."

    Fast-fashion

    Au printemps 2014, le procès est reporté, mais l'entreprise ayant "fermé boutique" aucune indemnité n'a été  versée. Reste les cotisations sociales, qui auraient du être versées par l'Etat tunisien. Mais finalement sans que l'entreprise ne soit redevable.
     
    "Ce que soulève cette affaire c'est la faiblesse des droits dans la mondialisation. On manque d'un vrai cadre de protection des droits humains et il n'y a pas de chaîne de responsabilité", explique Antonio Manganella, directeur du bureau tunisien d'Avocats Sans Frontières, qui a accompagné la procédure juridique.
     
    Mais surtout c'est la rudesse du secteur textile qu'il pointe du doigt. En 2005, la fin de l'accord multifibre qui permettait de l'octroi de quotas de marché par pays a libéralisé le secteur et a eu pour conséquence du dumping social, "au point que la Tunisie n'était plus un pays attrayant dans le domaine", continue-t-il.

    Plus il y a de pièces, plus les ouvrières ont le temps de se faire la main et donc de produire plus rapidement
    Kais, ouvrière

    Une réalité que Kais, qui souhaite rester anonyme et dont la famille possédait des usines de confection, raconte :  "l'entrée de la Chine dans le secteur, avec sa capacité à baisser les coups, à produire en grande quantité a impacté le marché tunisien, qui ne semblait plus aussi rentable pour les donneurs d'ordre européens."
     
    Aujourd'hui dans les rayons, la "fast-fashion" a pris le pas : les collections se succèdent avec une temporalité plus rapide. Difficile de faire le poids en Tunisie : "Ce qui est rentable ce sont les grosses commandes, car quand il y a beaucoup de pièces, les ouvrières ont le temps de se faire la main et donc de produire plus rapidement", explique Kais. Aujourd'hui ce n'est plus le cas et après les pays asiatiques, c'est l'Ethiopie, plus au Sud, qui casse les prix de la confection.

    Éthique sur étiquette en Tunisie

    Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif français Ethique sur étiquette a constaté, dans les résultats d'une étude réalisée par le FTDES, soutenue par son association, c'est que même s’il existe un code du travail sur lequel s'appuyer, l'univers de la confection est fait de nombreuses violations des droits des travailleurs, en Tunisie comme ailleurs.  "Le travailleur est une variable d'ajustement au service d'un modèle économique qui est simpliste : on minimise les coûts de production, à commencer par le salaire", décortique-t-elle.

    La législation nationale tunisienne garde les ouvrières dans une grande précarité
    Antonio Manganella, avocat

    L'étude, réalisée par le FTDES, intitulée "Violations des droits économiques et sociaux des femmes travailleuses dans le secteur du textile", première du genre, a été réalisée en 2013 et a permis d'interroger 260 employées, sur leurs conditions de travail. On y apprend que les ouvrières travaillent en moyenne 9 heures par jour, que pour 90% des femmes interrogées le salaire ne correspond pas au volume de travail, qu'un quart d'entre elles n'ont pas de couverture sociale, que les usines manquent dans un cas sur deux de salle de repos ou encore que les équipements de sécurité font défaut.
     
    Si la mondialisation a directement impacté le travail des ouvrières du textile en Tunisie, il ne faut pas négliger la législation nationale, qui "garde les ouvrières dans une précarité" perpétuelle, explique M. Manganella. Les CDD sont renouvelés au coup par coup, privant les employés de stabilité et donc de pouvoir de négociation.

    Des ouvrières futures "cas d'école" ?

    Il faudrait alors inventer un nouveau modèle. Le FTDES pense à la création d'une coopérative pour ces ouvrières lésées. De son côté, Antonio Manganella parle de former en prise de parole publique pour que ces femmes qui ont osé s'élever contre une entreprise étrangère  deviennent "un cas d'école", elles qui sont vues comme des parias par le reste de la société aujourd'hui.
     
    Du côté du partenariat entre le FTDES et Ethique sur étiquette, Nayla Ajaltouni explique qu' une étude va être lancée pour observer les grandes marques françaises qui font fabriquer en Tunisie et essayer d'alerter sur les réalité des conditions de travail. Le pays est le premier investisseur dans le textile en Tunisie.

    Pendant ce temps, autogestion à Chebba...

    Les ouvrières de l'usine Mamotex à Chebba, de la région de Mahdia (à environ 200 kms au sud de la capitale), ont choisi, elles, de tenter de sauver leur usine en continuant ses activités durant 4 à 5 mois, par la voie de l'autogestion. Une solution issue d'un compromis entre syndicat, salariées et patron. L'usine devait fermer après la mise faillite, à l'instar de dizaines d'autres dans le pays. "Les ouvrières ont gagné un procès engagé contre le propriétaire de l'usine. Elles ont préféré continuer de travailler au lieu d'attendre qu'il leur verse de l'argent. En fait s'il dépasse les délais, le seul moyen de récupérer leur dû est d'attendre une saisie judiciaire", explique Badii Mbarek, représentant du bureau régional de l'UGTT de Mahdia, au Huffpost Tunisie. "Chaque ouvrière connaît les tâches qui lui sont attribuées. Le système fonctionne et on voudrait même aller plus loin. Les discussions sont en cours pour trouver un moyen de perdurer l'expérience et de créer une sorte de coopérative pour que l'usine soit définitivement la propriété de ses ouvrières. L'usine sous traite actuellement pour une usine voisine dont le propriétaire est un proche du propriétaire de l'usine Mamotex. Si les ouvrières réussissent à s'approprier l'usine, il leur faudra trouver des contrats et un marché qui leur permettra de poursuivre leurs activités", s'inquiète Badii Mbarek.
    Nul doute que cette expérience sera attentivement suivie.

  • Plus de 20 ans après ou l’exemple d’un projet de construction d’un hôpital en matériaux locaux en Mauritanie (Blog de Paul Jorion)

    Je voudrais apporter un petit témoignage sur la réalisation d’un projet d’hôpital réalisé en matériaux locaux en Mauritanie, à laquelle j’ai pris part entre 1988 et 1991.

    L’idée fait suite à une vidéo récente de Jean-Luc Mélenchon, où il parle de la filière de la construction écologique en terre, comme un élément de son programme. Il est intéressant de voir qu’il y a 30 ans, on expérimentait et développait des projets de construction en terre, notamment dans les pays dits « en voie de développement », et qu’aujourd’hui cette question revient un petit peu à l’ordre du jour.

    Ce projet, dans la lignée de plusieurs projets de construction à cette époque, développait une certaine philosophie de la construction et de projets dits de « développement intégré », recherchant la valorisation des ressources locales : matériaux, technologie et main d’œuvre.

    Initié en 1981 et mis en œuvre par une ONG connue à cette époque dans ce secteur, l’ADAUA (Association pour le Développement d’une Architecture et d’un Urbanisme naturel Africain), le projet avait été conçu et réalisé dans une région sahélienne au sud de la Mauritanie à Kaedi, où la culture du riz est fortement développée (via, d’ailleurs, des financements européens), utilisant l’irrigation permise par le fleuve Sénégal. La construction utilisait la brique cuite à la balle de riz. Le bâtiment avait été construit suivant une technique de coupoles édifiées sans coffrage bois (le bois étant rare et onéreux, essentiellement importé), s’inspirant ainsi d’une technique ancestrale, remise à jour par le célèbre architecte égyptien Hassan Fathy à New-Gourna près du Caire.

    La main d’œuvre et les approvisionnements de chantier provenaient essentiellement de la région.

     Bref, ce projet était dans la lignée d’un modèle de développement qu’on appellerait aujourd’hui « durable ». La conception fonctionnelle de l’architecture voulait répondre à des conditions locales de mode de vie : les malades étaient pris en charge par les familles accompagnantes (pour la nourriture et la toilette en particulier). Toutes les chambres d’hôpital donnaient sur l’extérieur. Aux abords du bâtiment furent construits de larges abris pour les visiteurs. Des toilettes extérieures avaient été également réalisées aux abords du bâtiment, alimentées en eau à partir d’un château d’eau, lui-même alimenté au moyen d’une éolienne. Ainsi, l’ensemble du projet était pensé dans l’optique d’une utilisation maximale des ressources endogènes. Bref, ce projet fut réalisé avec succès (l’hôpital mis en service en 1991). Mais certaines péripéties firent que l’ADAUA fut dissoute et ne réalisa donc plus de nouveaux projets.

    Depuis j’ai pu observer que ce type de projet n’a plus été soutenu par les politiques publiques et les bailleurs de fonds.

    Un virage « libéral » réorienta les projets de construction vers des filières dites «  conventionnelles », utilisant essentiellement la construction avec des parpaings de ciment, des toitures en tôle ondulée ou du béton armé (le ciment étant importé en Mauritanie), qui constituent aujourd’hui la quasi-totalité de la construction des villes, du moins en Afrique de l’ouest, à ma connaissance.

    Je me souviens, à ce propos, d’une étude portant sur l’économie de la construction en Mauritanie, qui comparait en détail les différentes filières de la construction dans le pays.

    Elle concluait que le prix de revient de la filière de construction en matériaux locaux était sensiblement comparable à celle des matériaux dits « conventionnels » de type parpaing ciment ; mais la structure des coûts différaient beaucoup, et en particulier la valeur ajoutée locale des constructions en matériaux locaux était beaucoup plus importante. Grosse différence ! Pour faire vite, je dirais que les politiques dites « libérales » ont tourné le dos aux filières locales, pour, sous couvert d’efficacité, privilégier les techniques importées et exogènes.

    Et pourtant, je peux témoigner qu’un projet comme l’hôpital de Kaedi a eu un impact très bénéfique pour l’économie locale durant sa réalisation, car une portion très importante de l’argent de la réalisation était dépensé sur place, et avec un impact plus important sur l’activité de la ville. On pourrait ajouter à la considération purement financière, celle de faire appel à la main d’œuvre locale et donc, de créer des emplois. Enfin ce projet faisait d’une certaine manière, la fierté des habitants, beaucoup plus que si le projet avait été en quelque sorte entièrement importé.

    A travers cet exemple, je voulais illustrer quelque chose que je trouve significatif de la période actuelle : le modèle dit « néolibéral » semble de plus en plus montrer ses limites et poser des problèmes, en particulier du fait des enjeux environnementaux, mais aussi économiques, sociaux et culturels.  Et il me semble que cela illustre deux modèles économiques : le modèle « libéral » semble avoir totalement occulté la notion de structure de coût, tant interne qu’externe. Le « prix du marché » est devenu le seul critère valable, et a effacé toutes les autres dimensions telles que le bénéfice pour l’économie locale, la qualité environnementale, sociale ou culturelle.

    A quelles conditions le redéveloppement de filières locales aujourd’hui, dans un système économique où le prix concurrentiel est devenu le seul critère, serait réalisable ? Je laisse à la réflexion….

    Emmanuel Rousseaux 14 mars 2017

    http://www.pauljorion.com/

  • Algérie (Arte)